Découverte manga·Manga·Non classé

DÉCOUVERTE MANGA #41 – OTAKU OTAKU

Si la communauté « otaku » s’était déjà vue représentée dans le manga, et ce même en France, les œuvres qui la prenne pour thème (de manière directe, je ne parle donc pas de mangas isekai, à la Sword Art Online) peinent toujours à trouver leur public. Ce fut le cas de Genshiken et d’autres titres du même acabit, en dépit de tout critère de qualité. Et alors que tous les éditeurs semblaient avoir peu à peu baissé les bras, voilà que Kana nous propose Otaku Otaku, un josei qui rencontre un certain succès au pays du soleil levant, et qui prend pour thème (roulement de tambour) la communauté « otaku ».

Fiche Technique

Autrice : Fujita

Type : Josei

Genre : Romance / Comédie / Tranche-de-vie

Éditeur VF : Kana

Nombre de tomes parus : 1 (5 en cours au Japon)

Prix : 7,45 (5,95 pour le premier volume)

Narumi et Hirotaka, ont tous les deux 26 ans et sont amis d’enfance. Après s’être perdu de vue, ils se retrouvent à bosser dans la même boîte ! Tandis que Narumi aime les mangas, les jeux vidéo et le cosplay, Hirotaka préfère pour sa part les jeux vidéo, qu’il ne lâche quasiment que pour bosser.
Alors que Narumi se plaint, à moitié saoule dans un bar, qu’il est impossible de trouver l’amour en temps qu’Otaku, Hirotaka lui propose de sortir avec lui.
Commence alors une histoire d’amour à laquelle aucun d’eux ne s’étaient préparés.

otaku-otaku-1-kana

De prime abord, je dois dire que l’arrivée du manga me laissait avec son lot d’appréhensions. Quand bien même je dévore les mangas à la pelle, les collectionne et leur dédie beaucoup de temps (cf : le blog que vous êtes en train de lire), je ne me considère pas comme un otaku. Je ne joue que très occasionnellement aux jeux-vidéos, regarde très peu d’anime, ne m’intéresse pas plus que ça à la culture pop japonaise dans son ensemble : bref, si je raffole de ses bande-dessinée, mon attrait pour le Japon moderne s’arrête là. Du coup, j’avais peur que l’humour du manga ne fonctionne pas sur moi ! Basé sur le quotidien des otaku, et en particulier des gamers, celui-ci présente des situations dans lesquels ils pourront se reconnaitre et rire par projection. Et pourtant, je dois dire que si je n’ai pas ri aux éclats (ce n’est pas le but non plus, je pense), la lecture de Otaku Otaku m’a collé un sourire, et s’est révélée être très bonne ! L’humour est accessible et les références aussi. Mario Kart, les conventions, les doujinshi yaoi… pas besoin d’être à fond dans le délire pour comprendre : le titre ne laisse personne derrière, et s’adresse au plus grand nombre !

tumblr_o5sec65Hz31ua69ybo1_500

Mais si ces références fonctionnent aussi bien, c’est parce qu’elles sont amenées par un quatuor de personnages très attachants ! L’autrice ne perd pas de temps : à la fin du premier chapitre, les couples sont déjà formés. Tant les amoures que les amitiés sont intéressantes et réalistes. Au sein des duos comme dans les scènes de groupe, les interactions et caractères sont très bien écrits. J’ai aimé le fait que l’on suive des personnages adultes. Si leur carrière professionnelle ne fait pour le moment office que de décor et de prétexte à leur regroupement, quelques blagues sont (un tout petit peu) osées, et l’on sent que le ton et plus mature que dans une romance lycéenne lambda.

Quand bien même l’héroïne, Narumi, maladroite et bon enfant, pourrait s’avérer agaçante et déjà vue, la mangaka parvient à renforcer son caractère au travers d’un humour incisif et d’une certaine assurance.
Mon personnage préféré est sans doute Hanako, sa collègue, qui sous ses airs froids et carriéristes, est en fait la plus dévergondée de tous ! Forte d’une répartie en acier, la jeune femme est aussi la protectrice de Narumi, et leur amitié gagne en importance au fil du volume. Avec Tarô, son partenaire, elle entretient une relation d’amour-haine très bien écrite. Leur rivalité s’avère au finale très touchante, amusante, et casse les codes de la romance à l’eau de rose !
J’ai aussi beaucoup aimé les deux garçons, mais leur rapport me parait pour le moment plus discret.

Le fil rouge du titre est donc la relation de ces quatre collègues unis par une passion commune pour la culture otaku. Inutile de dire que, dès lors, le manga est rythmé par les péripéties de leur quotidien. Ainsi, pas d’intrigue particulièrement développée, mais bien un enchevêtrement de scènettes pas si courtes que ça et efficaces. C’est un aspect qui m’a plu, mais qui en rebutera certains. Pour ma part, j’espère que le titre, s’il continue sur cette lancée, ne s’éternisera pas trop, au risque de devenir redondant !

381b7da08b45152d6b525a828d4fe3362fd89f5f_hq

Quelque chose n’a pas manqué de me frapper à la reception du bouquin : il ne fait que 120 pages ! Toutefois, la narration est dense, les planches assez chargées et le rythme intense; aussi, la lecture ne m’a pas du tout laissé sur ma faim ! Si le trait de Fujita n’a pas d’identité forte, celui-ci participe à l’atmosphère chaleureuse du titre. Les expressions des personnages sont très riches, et le mise en case intelligente.  J’ai aussi beaucoup aimé l’implication de la mangaka dans son œuvre. Par exemple, en bas de chaque page, celle-ci glisse un petit commentaire, une sorte de réaction à ce qu’il s’y passe.

7221593af79d4d3d55f3e60a7d25e03e

Rien à redire au niveau de l’édition. Kana fournit une copie soignée, qui ne souffre pas des problèmes d’impression fréquents (et maintenant réglés ?) chez l’éditeur. Le livre s’ouvre sur une dizaine de pages en couleur, mais c’est surtout le travail de traduction, relativement énorme et réussi qui mérite le coup d’œil ! On sent que l’ouvrage a été relu/traduit par des connaisseurs, tant rien ne sonne faux (comme c’est souvent le cas quand on demande à quelqu’un qui n’y connait rien de retranscrire un jargon technique). Le prix de 7,45€ (pour les prochains tomes) peut être questionné, au vu de la finesse de l’ouvrage, mais globalement, c’est du très bon boulot !



Otaku Otaku s’avère donc être une agréable surprise, qui parle de ses lecteurs sans les infantiliser ou les moquer. Le petit groupe de protagonistes est animé d’une réelle alchimie qui donne envie de découvrir la suite de leurs péripéties au plus vite !


N’hésitez pas à partager votre avis sur ce manga en commentaire !
J’espère vous avoir donné envie de le découvrir et remercie les éditions Kana pour me l’avoir permis !
À très vite sur le blog ou ailleurs !

Publicités

2 commentaires sur “DÉCOUVERTE MANGA #41 – OTAKU OTAKU

  1. J’ai commencer à lire le premier tome, et pour le moment, je me rabat sur la série animé en cours de diffusion en France sur Amazon prime vidéo, mon porte-monnaie ne supportant plus mes dépenses mensuelles en librairie (paix à son âme). Me considérant comme « otaku », je me retrouve énormément dans ses personnages et les diverses situations. J’apprécie le fait de voir des adultes évoluer dans cet univers, conciliant leurs passion avec leurs travail, cela change des autres mangas qui traite se thème, mais dont les protagonistes sont généralement des adolescents.
    De plus, l’anime est très bien adapté, apportant par moment plus de contexte aux situations et un peu de background aux personnages.
    Pour moi, c’est une bonne œuvre, j’ai hâte de voir comment vont évoluer les choses pour les personnages 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour cet avis plus étendu, de personne « concernée » et ayant vue l’anime ! Je pense en effet que c’est une œuvre prometteuse ! J’ai hâte d’en découvrir la suite (et je jetterai peut-être un œil à l’anime, alors) !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s