Attentes mensuelles·Manga·Non classé

MES ATTENTES POUR NOVEMBRE 2018

Après un mois d’octobre riche en parutions exceptionnelles, je vous propose de passer en revue les titres qui me donnent envie pour novembre.


Aposizm – la Planète des marionnettes (Editeur: Glénat / Sortie: 7 Novembre  / Série en cours avec 3 tomes / 7,60€)

aposimz-1-glenatSur l’astre artificiel géant Aposimz, couvert de ruines… En plein milieu d’un exercice de marche, Ao, Biko et Esserow, habitants de la “poutrelle à la macle blanche” viennent au secours d’une fille étrange poursuivie par des soldats de l’empire de Libedoa. Celle-ci leur confie un “code” et sept projectiles capables de bouleverser le monde !

Invité d’honneur de la prochaine édition du FIBD, Tsutomu Nihei retrouvera les rayonnages de nos librairies le mois prochain, toujours chez Glénat. Paraîtront simultanément la réédition de son chef d’œuvre, Blame !, ainsi que sa toute nouvelle série, toujours en cours de parution au Japon, Aposimz. N’ayant qu’entrevu le talent de l’auteur au travers de l’excellent Knights of Sidonia, porte d’entrée toute désignée à son univers car plus accessible que ses autres mangas sur le plan de la narration, il me tarde de mettre la main sur ces deux ouvrages. Il sera également intéressant de comparer l’évolution du style du mangaka entre les deux œuvres. J’espère ne pas être hermétique, comme certains, à la narration particulière de cet auteur des plus singuliers.


Blame – Deluxe (Editeur: Glénat / Sortie: 7 Novembre  / Série finie en 6 volumes / 14,95€)

blame-de-luxe-1-glenatPeut-être sur Terre… Peut-être dans le futur… Killy est un cyborg taciturne qui erre dans une gigantesque cité labyrinthique, s’étendant sur des milliers de niveaux. Armé d’un revolver amplificateur de radiations et accompagné de la scintifique Shibo, il part en quête du « net-gene », un programme qui aurait échappé à la contamination globale d’un virus informatique, et qui serait capable de gérer le monde.

Blame ! compte parmi mes plus terribles lacunes de lecteur, mais aussi parmi celles qu’il me tarde le plus de combler. S’imposant comme une réelle révolution dans le microcosme du manga de science-fiction, l’œuvre phare de Tsutomu Nihei marquera durablement l’esprit des lecteurs et créateurs qui lui succèderont. Glénat a tout intérêt à fournir une édition à la hauteur du titre, et ne connaissant pas les mêmes déboires de publication que celle, somme toute assez similaire sur la forme, d’Akira.


Le Tigre des neiges (Editeur: Le Lézard Noir / Sortie: 8 Novembre  / Série en cours avec 5 tomes / 13€)

tigre-des-neiges-1-lezard-noirL’histoire commence en 1529, à la naissance du troisième enfant de Nagao Tamekage, seigneur du château de Kasugayama. Son fils aîné n’ayant pas l’étoffe d’un guerrier, Tamekage veut faire de ce dernier- né son héritier, mais à son grand désespoir, c’est une fille qui naît. Il décide alors de l’élever comme un garçon et le nomme « Torachiyo ». Véritable garçon manqué, Torachiyo va grandir dans un petit château des montagnes, sans savoir quel incroyable destin l’attend…

Alors que les inconditionnels de Princess Jellyfish (dont je fais partie) avaient perdu espoir d’un jour retrouver Akiko Higashimura en France, Le Lézard Noir annonce Le Tigre des Neiges, une réécriture uchronique de l’histoire du samuraï Esugi Kenshin (qui inspira, entre autre, le personnage de Kenshin le vagabond), ici représenté sous les traits d’une femme. Difficile de ne pas penser, dans les procédés et intentions, au Pavillon des hommes (en cours de parution chez Kana), dans lequel les femmes accèdent au pouvoir dans un Japon traditionnel aux suites d’une mystérieuse épidémie affectant leurs homologues masculins. J’ai hâte de découvrir la mangaka aux commandes d’un récit plus sombre, et espère voir abordée la question des onna-bugeisha, combattantes s’engageant au côté des samouraïs. Mes attentes sont donc très élevées, mais j’ai confiance en l’autrice et ne crains pas vraiment la déception. Qui plus est, la publication de ce titre semble avoir relancé l’interêt des éditeurs francophone pour l’œuvre de Higashimura, puisque plusieurs de ses inédits auraient d’ores et déjà été acquis et devraient nous parvenir au cours des prochains mois.


L’Île infernale – Saison 2 (Editeur: Komikku / Sortie: 8 Novembre  / Série en cours avec 3 tomes / 7,90€)

30138Suite du manga L’île infernale (Tengoku no Shima) de Yusuke Ochiai.

Ayant plutôt apprécié la trilogie originale de Yusuke Ochiai, je ne vois aucune raison de faire l’impasse sur cette seconde saison de l‘Île infernale. J’espère juste que celle-ci ne sera pas trop gratuite, et apportera, d’une manière ou d’une autre, en densité à l’univers de la série. L’auteur est capable de créer des ambiances très fortes, grâce à son coup de crayon sombre et texturé, et j’ose espérer qu’il parviendra à me faire frémir comme avec Anguilles démoniaques… affaire à suivre.


L’Homme sans talent (Editeur: Atrabile / Sortie: 9 Novembre  / One-Shot / 22€)

homme-sans-talent-atrabileLe personnage central de ce récit, est un auteur de manga, intègre et jusqu’au-boutiste, qui refuse les compromis et les travaux de commande ; face aux vicissitudes de l’existence, il semble décidé à faire de sa vie une étrange ode à l’échec, en vendant des cailloux piochés dans la rivière, dont personne ne semble vouloir. Lentement mais sûrement, il se met lui-même au ban d’une société qui ne l’intéresse plus, comme un laissé pour compte volontaire.
Ne répondant que mollement aux injonctions répétées de sa femme, qui le conjure de trouver une solution à leur situation et donner enfin une vie digne à sa petite famille, cet  » homme sans talent  » persévère et s’enfonce inexorablement dans la pauvreté et la misère sociale…

Édité une première fois en 2004 par feu Ego comme X, L’Homme sans talent est de ces mangas que la réputation précède. Longtemps indisponible en France, son acquisition par Artabile est l’occasion pour de nombreux amoureux du gekiga de le (re)découvrir, moi le premier. J’essaye de ne pas avoir trop d’attentes à son égard, de peur d’en être déçu, mais j’ai bon espoir que ce manga, au fort propos social, me parle. À noter que cette nouvelle édition semble là aussi avoir ouvert la voie à d’autres œuvres de son auteur, Yoshiharu Tsuge, à commencer par l’anthologie Fleurs pourpres à paraître en janvier prochain chez Cornélius.


D.S.P. Romeo (Editeur: Taïfu / Sortie: 9 Novembre  / Série en cours avec 2 tomes / 8,99€)

30633Kouyou est une bête appelée Lycan avec des hormones sexuelles très puissantes. Jade est rendu fou par ces hormones car elles sont aussi fortes que celles produites par un chat en chaleur. Jade aide Kouyou à soulager sa tension sexuelle, mais seulement pour éviter les ennuis qui se produisent lorsque les autres hommes autour de lui sont rendus fous. Il ne le fait qu’en tant que service médical.

Les boy’s love fantastiques attirent toujours mon attention, mais avec ses graphismes somptueux, D.S.P. Romeo m’a définitivement convaincu de lui donner une chance sans hésiter. Taïfu nous promet un univers fantastique parsemé d’érotisme, et si cela m’enchante beaucoup, j’espère que son autrice proposera une intrigue à la hauteur de celui-ci (ce qui n’est pas garanti, au vu de la simplicité du synopsis). Un manga qui, même s’il risque d’être bancal au niveau du scénario, m’intrigue beaucoup, ne serait-ce que pour ses dessins.


Momo & Manji (Editeur: Boy’s Love IDP / Sortie: 12 Novembre  / Série en cours avec 2 tomes / 7,95€)

momo-manji-tome-1-1129369.jpgFin de l’ère Edo. Sous la chaleur moite de l’été, dans une petite pièce, deux respirations s’entremêlent… Momoki, ancien Kagema (prostitué masculin) a été recueilli par Manji, un jour de pluie. Mais les moments que Momo passe avec Manji n’ont rien à voir avec son ancien travail, et sont remplis de bonheur et d’instants heureux entre amants. Momo a l’impression de vivre un rêve… Et ce, en dépit de leur passé à tous les deux.

Voilà un titre qui, avant même sa parution en francophonie, reçoit les éloges de nombreux amateurs et amatrices de boy’s love. Pour ma part très intrigué par le contexte historique du récit et le dessin tout en finesse de son autrice, il me tarde de le découvrir !


Stay Gold (Editeur: Boy’s Love IDP / Sortie: 12 Novembre  / Série en cours avec 3 tomes / 7,95€)

stay-gold-1-idp-2La situation des Nakayama est compliquée. Bien qu’ils ne soient pas tous liés par le sang, les événements ont amené Yûji, son frère, son neveu et sa nièce à vivre sous le même toit. Malgré tout, la petite famille s’en est toujours tirée tant bien que mal, sans souci majeur. Du moins, jusqu’à ce que Hayato dise à son oncle qu’il l’aimait avant de l’embrasser. C’est ainsi que naît un véritable chaos amoureux, tantôt vu à travers les yeux d’un adolescent, tantôt vu à travers les yeux d’un adulte.

Amoureux du dessin et des histoires de Hideyoshico, je suis ravi de voir que Boy’s Love IDP lui reste fidèle et continue de proposer fréquemment ses titres. D’autant plus que Stay Gold est sa première série en plusieurs volumes à paraître en France, et devrait, par sa longueur, permettre d’entrevoir davantage en profondeur les talents d’écriture de sa mangaka. J’ai toutefois quelques appréhensions quant au traitement de l’inceste que proposera l’œuvre… à voir comment cela va se goupiller.


Stop ! Hibari-kun ! (Editeur: Le Lézard Noir / Sortie: 22 Novembre / Série finie en 3 volumes / 18€)

stop-hibari-kun-1-lezardAprès le décès de sa mère, le jeune Kôsaku Sakamoto se retrouve seul au monde. Conformément aux dernières volontés de la défunte, il quitte sa province pour emménager chez Ibari Ôzora, l’un des amis de jeunesse de sa mère qui vit à Tôkyô. Mais une fois installé, Kôsaku découvre avec stupeur qu’Ôzora est le chef d’un clan de yakuzas ! Si son premier réflexe est de s’enfuir à toutes jambes, il se ravise aussitôt lorsqu’il fait la connaissance des charmantes filles d’Ôzora : Tsubame, Megumi, Suzume, et la ravissante Hibari, dont l’adolescent tombe immédiatement amoureux. Mais Kôsaku tombe de nouveau des nues lorsqu’il apprend qu’Hibari est en réalité un garçon !

Figure emblématique de sa génération, Hisashi Eguchi voit enfin publier chez nous son œuvre culte : Stop ! Hibari-kun !!. Je connaissais déjà l’auteur pour ses illustrations, et son style graphique, rappelant quelque peu celui de Minetaro Mochizuki, une influence pop-occidentale en plus, me séduit beaucoup. J’ai hâte de découvrir cette comédie, quand bien même je ne cache pas mes craintes concernant le traitement de l’expression de genre du protagoniste éponyme.


Par-delà les étoiles (Editeur: Akata / Sortie: 29 Novembre  / One-Shot / 6,99€)

par-dela-etoiles-akataHana rente en première année à l’université. Mais, hantée par le souvenir d’un amour impossible, la jeune femme a bien du mal à envisager son avenir… Pourtant, grâce à sa rencontre avec Izumi, président du club d’astronomie, mais aussi avec ses autres membres, elle va petit à petit retrouver goût à la vie…

D’abord prépublié au format numérique, le one-shot de l’autrice de Perfect World, Rie Aruga, aura droit à une édition en tome relié, en exclusivité mondiale. La série de la mangaka, loin d’être sans défaut, me plait assez pour me convaincre de laisser une chance à cette œuvre de « jeunesse » (la mangaka est encore en début de carrière !). Si le récit sera sans doute davantage classique, j’espère y entrevoir quelques prémices d’élaboration des drames poignants de Perfect World… un ouvrage qui, je l’espère, me surprendra.


Voilà tout pour novembre (et c’est déjà bien) ! Au total, pas moins de 10 nouvelles licences devraient rejoindre mes étagères, parmi lesquelles 8 séries et 2 one-shots. Un bilan (presque) raisonnable, au regard de la ruine que furent certains mois de l’année. En ce qui concerne les derniers volumes, il y en aura quatre pour moi. Novembre marquera le temps des adieux pour ces séries qui, toutes à leur manière, me tiennent vraiment à cœur…


Aussi, quelques autres licences que je garde sous le coude et que je me procurerai si le budget le permet…


Enfin, voici les cinq suites et fins de série que j’attends le plus pour le mois de novembre.


Voilà tout pour aujourd’hui !
Je vous donne rendez-vous très vite pour mon bilan du mois d’octobre, avec au programme une bonne quinzaine de chroniques ! D’ici là, je vous souhaite de bonnes lectures !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s