Découverte manga·Manga·Non classé

DÉCOUVERTE MANGA #52 – GRATEFUL DEAD

Fort des prouesses d’Area 51, qui laissera immanquablement ses marques dans son catalogue, Casterman entreprend la publication d’autres inédits de Masato Hisa, pour le plus grand plaisir des aficionados des aventures pop et électriques de l’auteur. La descendance se prend à revers puisque c’est Grateful Dead, première série du mangaka, initialement parue en 2003, qui prend la relève. Ce premier diptyque nous renvoie donc aux origines de son auteur et fait montre de l’étendue de ses progrès, mais témoigne aussi d’une essence sensiblement inaltérable et commune à ses univers.


Fiche Technique

Auteur : Masato Hisa

Genre : Action/Fantastique/Historique

Éditeur VF : Casterman

Nombre de tomes parus : 1 (2 tomes fini au Japon)

Prix : 8,45€

Quand une jeune femme au caractère bien trempé et un vieux maître taoïste s’associent sous la plume de Masato Hisa, le Shanghai de l’époque des concessions occidentales devient un terrain de chasse où pullulent zombies, vampires et dragons !

9782203110625_cg

L’œuvre de Masato Hisa semble habitée d’un bestiaire fantastique foisonnant, omniprésent dans ses intrigues, et qui constitue, en quelque sorte, le fil rouge qui les relie entre elles. Grateful Dead, qui n’échappe pas à la règle, offre à lire les prémices de ce noyau thématique central et obsédant. En quelques pages, l’auteur nous immerge dans les tréfonds d’une ville suintante, grasse et noctambule où se terrent, parmi les humains, des Jiangshi, zombies issus de mythes traditionnels chinois. Et comme de coutume chez l’auteur, face aux monstres, une jeune femme : Ko-Lin, prostituée mettant à profit les informations qu’elle récolte auprès de ses clients dans sa chasse aux revenants.

De Lily à McCoy, les héroïnes de Masato Hisa s’inspirent et détournent toujours habillement un certain archétype de « femme fatale ». C’est, dans une moindre mesure, le cas ici, quand bien même Ko-Lin apparait assez classique dans son écriture, sans doute en raison du peu de volumes alloués à son aventure. Une idée originale est celle de son radical changement de comportement face aux ennemis. D’ordinaire presque timide, d’apparence soumise à la volonté des hommes qui l’entourent, la jeune femme se découvre une facette plus ingénue, ironique, confiante et presque sadique quand vient l’heure de trancher dans la chaire des Jiangshi !

À ce sujet, vous vous en doutez, ce n’est pas en deux volumes que l’on met en place les complots les plus géniaux de la littérature. Aussi, l’on se concentre sur trois petites enquêtes relativement indépendantes, liées par un groupuscules de personnages récurrents. L’ensemble est uniforme et digeste, aucune nouvelle ne surclassant vraiment les autres, quand bien même elles enrichissent, toutes et à leur manière, l’univers et les personnages (assez hauts en couleur, quand bien même évidemment sous-exploités en raison des exigences propres au format court). Le volume va ainsi crescendo à mesure que l’auteur s’éloigne de son bestiaire d’origine, et prend des libertés dans son univers, évitant ainsi tout sentiment de redite trop flagrant. Quand bien même le lecteur attentif relèvera (surtout par comparaison avec les travaux plus récents de l’auteur) quelques maladresses dans l’écriture de certains retournements de situation, ou dans la façon dont certains évènements sont amenés ; reste que pour une première œuvre, c’est franchement impressionnant !

Impressionnant, aussi, en tant que Grateful Dead se fait peinture fantasmée des quartiers pauvres d’une Chine du XIXe siècle ! L’auteur retranscrit avec brio les architectures d’époque, et injecte efficacement les éléments mythologiques à son intrigue. Je regrette tout de même l’absence de quelques plans d’ensemble, qui auraient permis de jauger plus en détail le décor et ses ambiances.

Les influences occidentales et le trait rude et cassant ne trompent pas : c’est bien là Masato Hisa qui dessine, s’essayant aux ébauches de ce que deviendra son style abouti, plus affiné, par la suite. Il faut en effet bien reconnaitre, et en dépit ses nombreux intérêts visuels, que Grateful Dead ne peut pas prétendre à la même maîtrise que ses successeurs, graphiquement parlant (et c’est bien normal).
9782203110625_5L’auteur nous offre un coup de crayon moins contrasté, qui créé de la profondeur par l’usage de trames sobres (et qui font une nouvelle fois écho aux influences étasuniennes de l’auteur), d’aplats grisâtres et de crayonnés. L’ensemble est ainsi bien moins contrasté que sur les derniers titres de l’auteur, d’aucuns diraient moins audacieux, sans doute ; un regret qui n’a pas que des défauts, puisque l’ensemble est, de fait, bien plus lisible qu’un Jabberwocky, titre sur lequel le mangaka domptait encore ses effets, non sans quelques maladresses.
Le découpage de l’action ne manque pas de saveur, et j’apprécie notamment l’aspect très cinématographique qu’apportent les jeux de champ-contrechamps et de déformation progressive des visages.  La lecture est fluide, dynamique et sublimée par des designs inspirés, notamment concernant les Jiangshi (et une, en particulier).
Au final, cette pemière œuvre est d’ores et déjà imbibée de l’identité de son auteur, qui met solidement en terre les racines d’une carrière des plus florissante.

Au niveau de l’édition, Casterman fournit, comme à son habitude, un travail assez irréprochable. Les répliques sont cinglantes, le papier épais et les noirs profonds. Je regrette cependant que la matière de la jaquette n’ait pas l’effet « cartonné » de celles d’Area 51, ce qui casse un peu la cohérence des éditions (mais c’est sans doute indépendant de la volonté de l’éditeur).

En conclusion, Grateful Dead constitue les débuts prometteurs d’un auteur de grand talent. Si le titre souffre de quelques maladresses, graphiques comme narratives, celles-ci n’affectent en rien le plaisir de cette lecture turbulente et authentique. C’est toute la fougue d’un auteur qui se cherche dans l’exploitation d’idées foisonnantes qui nous explose au visage ! Une porte d’entrée toute trouvée à l’univers de Masato Hisa, et un délicieux supplément pour les inconditionnels de son actualité.


 

29577

TOME 2 PRÉVU POUR LE 17/10/2018

Publicités

2 commentaires sur “DÉCOUVERTE MANGA #52 – GRATEFUL DEAD

  1. Oh, j’espère que le manga sera disponible à ma bibliothèque parce que ça fait un bout de temps que je veux découvrir l’auteur ! je ne sais pas vraiment de quoi parle Area 51 mais dès que je lis quelque chose dessus, ça semble très intriguant.

    Aimé par 1 personne

    1. Area 51parle d’une détective qui, à la suite de certains évènements, se retrouve cloitrée dans la zone 51, où elle continue de travailler et chasse les démons de son passé ! J’évoquais certains volumes sur le blog, si jamais…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s