Découverte manga·Manga·Non classé

DÉCOUVERTE MANGA #50 – CONTAMINATION

Les mangas dans lesquels un virus met à mal l’équilibre d’une société sont nombreux, allant de titres comme Emerging à des œuvres plus fantastiques comme I am a hero. Très différents au niveau du ton, des approches proposées, et malheureusement de la qualité, ceux-ci restent des curiosités attirant souvent mon œil de passionné de récits « apocalyptiques ». Contamination, pour sa part, se veut bien plus réaliste, mettant en scène un virus aux ravages connus de l’Histoire : la peste.


Fiche Technique

Auteur : Ao Acato

Genre : Drame/Médical/Thriller

Éditeur VF : Kana

Nombre de tomes parus : 1 (3 fini au Japon)

Prix : 7,45€

Yokobashiri est une ville située au pied du mont Fuji. Un soldat des Forces d’autodéfense qui y est caserné s’effondre en crachant du sang. Il est bientôt suivi par d’autres malades qui présentent les mêmes symptômes… Ils meurent tous assez rapidement. À l’hôpital central, Suzuho Tamaki, jeune médecin énergique, chargée des premiers cas, subodore une contamination de grande ampleur, mais elle doit se battre avec sa hiérarchie pour leur en faire prendre conscience et pour que des mesures soient mises en place ! Parviendra-t-elle à mobiliser tout le monde à temps !?

contamination-1-kana

En quelques planches, Contamination sait trouver une justesse de ton convaincante, entre mystère et tension, drame et émotions. D’entrée de jeu, l’auteur plante un décor urbain et compact, servi par un panel de grisailles et de crayonnés qui confèrent des aspects gras et saturés aux environnements froids et bétonnés qui jonchent le volume. Ainsi, quand la menace émerge, le lecteur ne met pas en doute ses conséquences : insidieusement et grâce au réalisme de sa mise en place, l’auteur parvient à rendre palpable le danger contagieux, s’attirant ainsi l’implication du lecteur.

Un autre point fort du manga réside en son héroïne, Tamaki, jeune doctoresse ayant toujours à cœur l’interêt de ses patients, même quand cela implique de lever la voix face à la hiérarchie. C’est elle qui, véritablement, donne le rythme à ce premier volume, de par son dynamisme, son franc-parler, et l’intelligence de ses entreprises. L’auteur ne manque pas de la mettre sur le devant de la scène, négligeant parfois (écueil récurrent des séries courtes) l’écriture de la plupart des personnages secondaires. Certains frisent même le ridicule, totalement irresponsables face au danger omniprésent. Mais qui sait, c’est peut-être tristement réaliste…
Tamaki parvient néanmoins, et malgré le rythme effréné de la lecture, à ne pas devenir un personnage trop monolithique et inhumain, et laisse même entrevoir quelques failles au travers d’instants d’émotion réussis, même si pas toujours des plus subtils.

3JQwvkkE

Le titre manque d’ailleurs de finesse, ou plutôt d’authenticité. Au-delà de des nombreuses qualités de sa réalisation, le manga peine à tirer son épingle du jeu. Le lecteur habitué aux récits de ce genre ne doit pas s’attendre à quelque extravagance que ce soit : Contamination, dans les grandes lignes, on l’a toutes et tous déjà lu, déjà vu. Mais comme on dit, originalité n’est pas gage de qualité (et inversement), et le mangaka nous prouve bien que l’on peut produire du bon divertissement même sans trop sortir du rang.

Contamination s’octroie une certaine élégance : la propagation du virus se fait dans l’ombre, et le lecteur, qui reste collé au personnage de Tamaki, est lui-même surpris par son avancée de chapitre en chapitre. Une nouvelle fois, les symptômes n’ont rien d’extravagants, l’auteur misant sur le réalisme avant toute chose.

u0SCQ8On

Réalisme paradoxalement remis en cause par le caractère très théâtral de certains dialogues, qui mettent en exergue la tension mais sonnent parfois assez faux compte tenu des velléités « documentaires » du manga (cela a peut-être à voir avec la traduction, mais semble renforcé par des effets de mise en scène parfois un peu surfaits). Notamment avec l’arrivée d’un personnage trop excentrique et imprévisible en seconde moitié de volume, Ao Acato en fait peut-être trop (un tel caractère n’aurait sans doute pas survécu 6 mois dans le milieu directif et exigeant de l’hôpital). La vision du monde médical est au final très fantasmée, et c’est peut-être pour le mieux, étant donné la réussite atmosphérique de ce premier opus.

Visuellement, Ao Acato s’en sort très bien ! Outre le réalisme déjà maintes fois évoqué, le mangaka joue avec les échelles de grandeur et alterne visions de l’agitation urbaine et plans rapprochés mettant en avant l’émotion des personnages, et notamment la détermination de Tamaki.

Kana fournit une édition tout à fait correcte. Même la qualité du papier, point faible de certains ouvrages de l’éditeur, est ici irréprochable (mate, opaque, blanc…).


Nous voilà donc face à un divertissement immersif, efficace, et assez intelligent par bien des aspects. Contamination est un drame imbibé d’une tension forte et porté par une héroïne marquante. Néanmoins, l’œuvre souffre peut-être de son conformisme, mais au regard de la courte durée du récit, c’est un bémol dont beaucoup de lecteurs et lectrices pourront s’accommoder. Je suis très curieux de voir où nous mèneront les pistes lancées en fin de volume : le manga a toute mon attention, il ne lui reste plus qu’à s’en montrer parfaitement digne !


 

contamination-2-kana

TOME 2 PRÉVU POUR LE 23/11/2018

Publicités

2 commentaires sur “DÉCOUVERTE MANGA #50 – CONTAMINATION

    1. Voilà, une série dont on ne pourra être sûr qu’une fois la conclusion arrivée. Ca sera au mieux très bon, au pire juste divertissant et oubliable ! Tout se jouera dans les prochains volumes !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s