Découverte manga·Manga·Non classé

DÉCOUVERTE MANGA #49 – ARCANUM

Paru début juillet, Arcanum s’inscrit dans cette flopée de titres courts, à qualité variable, que semble proposer régulièrement Kana depuis quelques mois déjà. En raison d’un été très chargé allouant peu de temps à la lecture, il m’aura fallut attendre cette semaine pour enfin m’attaquer à ce titre, sans en espérer grand chose, et sans penser lui consacrer un article complet. Mais force est de constater que j’ai été assez conquis par ce premier volume, qui parvient à surprendre le lecteur sur de nombreux plans. Fraternité, gros robots et handicap : c’est parti pour Arcanum !


Fiche Technique

Auteur : Erubo Hijihara

Genre : Science-Fiction/Drame/Action

Éditeur VF : Kana

Nombre de tomes parus : 1 (3 fini au Japon)

Prix : 6,85€

Il y a dix ans, des Idra, créatures dont l’origine reste encore inconnue, ont dévasté Washington D.C. Paralysé depuis ses 5 ans, Ilya Kravitz ne vit que pour devenir un jour pilote d’un Arcanum, la seule arme capable de détruire les Idra. Grâce au soutien de sa sœur, Anna, il est aujourd’hui sur le point de réaliser son rêve. Mais ce qui se cache vraiment derrière ces armes est impitoyable et la guerre ne fait que commencer…

arcanum-1-kana

Je n’irai pas jusqu’à dire que le titre ne paie pas de mine (la couverture est tout de même très jolie), mais il est vrai que je me lançais dans le manga sans grande conviction. Et pourtant, bien vite et malgré moi, celui-ci a su me happer, et ce dès les premières pages, qui constituent selon moi une introduction très efficace. L’auteur donne le ton, combinant action et exposition, se jouant du spectateur, sans manquer de lui en mettre plein la vue au détour de planches dynamiques aux compositions détaillées.

Si le titre emprunte par instants les traits du mécha, l’action y joue un rôle très secondaire, le mangaka s’attardant bien d’avantages sur les relations qui unissent les personnages, et sur leur évolution à mesure que l’aventure vire au cauchemar. Le protagoniste, Ilya, est un jeune garçon aux allures frêles et délicates, mais qui nourrit en lui la volonté implacable de combattre les envahisseurs à bord d’un Arcanum, robot aux composantes mystérieuses controlé à distance. Très vite, on décèle en lui un petit côté attachant, sans doute dû à sa gentillesse et à sa force d’âme, et l’on suit son parcours avec attention, notamment en raison de sa lente mais certaine évolution.

arcanum-visual-1

Seulement voilà, Ilya est handicapé moteur, et l’on nous fait bien comprendre que sa condition physique ne le prédestine pas à accomplir ses objectifs. Un personnage en situation de handicap dans un récit d’action, c’est quelque chose d’assez rare, me semble-t-il, mais ici géré de façon assez maladroite (voire carrément validiste, malgré les bonnes intentions de l’auteur). D’abord, même si l’on sent bien que le manga souhaite dénoncer une certaine forme de validisme, discriminant les personnes handicapées, le personnage lui-même a en horreur son handicap (il le voit, lui aussi, comme ce qui l’empêche de parvenir à ses fins… alors que l’on apprend vite que les commandes de l’appareil ne nécessitent aucunement l’usage des jambes). Le parti-pris est donc intéressant et original, d’autant qu’au final assez peu mit en avant, mais souffre de petits défauts de ce genre qui, pour peu que l’on creuse un peu, peuvent en discréditer le propos… Dommage !

À mesure que l’univers se révèle aux yeux du lecteur, Arcanum prend une tournure assez glauque et dérangeante, mettant en cause de nombreuses maximes morales, et jouant avec la vie de ses personnages avec cruauté. Le titre s’attache donc à soigner la psychologie de ses personnages, leurs échanges, et parvient à les rendre crédibles face aux horreurs les plus inattendues.

J’ai toutefois des regrets concernant le traitement d’Anna, la sœur ainée du héros. Seul personnage féminin de la série, celle-ci nous apparait d’abord comme une soldate émérite et haute-gradée, aux convictions louables et au charisme certain. Mais bien vite, et dans des conditions que je vous laisse découvrir, celle-ci sacrifie sa carrière (et même, quelque part, sa vie) pour que son frère puisse devenir pilote. C’est assez dommage, et ç’aurait pu être évité… Une nouvelle fois une femme sacrifie ses objectifs pour ceux d’un homme.

Captivant, inquiétant et bien écrit : le manga ne peine pas à convaincre. Mais il y a une ombre au tableau : le titre est conclu en 3 volumes ! À la lecture de ce premier tome, cela peut paraître peu. Le rythme semble d’ores et déjà par instants un peu rapide (lors de l’introduction de certains personnages, notamment, comme le « rival » du héros, qui passe d’inconnu à ennemi en 10 cases à peine…). Les qualités d’écriture de l’auteur donnent envie d’en savoir davantage sur l’univers et les personnages secondaires; des aspects du récits qui resteront sans doute dans l’ombre. J’espère donc que cette longueur résulte d’une volonté d’auteur et pas d’un choix d’éditeur.

Visuellement, on peut dire qu’Erubo Hijihara en a sous le capot ! Son trait fin et précis dépeint à merveille les émotions et la candeur des personnages, mais aussi la violence et l’aspect animal des scènes de bataille. Les arrière-plans sont soignés, facilitant l’immersion dans le récit; et le détail apporté aux architectures ainsi qu’aux designs des Arcanum, couplé à un découpage envolé qui sait guider le lecteur et maintenir un rythme de lecture efficace, confère un certain dynamisme au manga. La mise en scène des combats est toujours lisible et sait rendre palpable la vitesse et la puissance de chaque action, ainsi que le gigantisme des acteurs. On est donc sur quelque chose de très soigné, qui se lit sans peine, et s’admire même parfois…

Je n’ai rien à reprocher à l’édition de Kana, qui s’ouvre même sur un poster dépliable en couleur, nous permettent d’admirer plus en détail les talents de coloriste de l’auteur. La traduction, signée Aline Kukor, est quant à elle fluide, en dépit de la densité de certaines scènes d’exposition.


Sans être révolutionnaire, Arcanum s’avère donc être une très bonne surprise de cet été. À la fois palpitant et émouvant, le manga parvient à installer des ambiances très réussies, qui emportent sans mal le lecteur au côté de ses héros. C’est donc avec impatience que j’en attends la suite, quand bien même je nourris quelques appréhension concernant la fin de la série.


 

arcanum-2-kana

TOME 2 PRÉVU POUR LE 19/10/2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s