Dans la mangathèque·Manga·Non classé

UNE MÉLANCOLIE POUR L’ÉTÉ – OUR SUMMER HOLIDAY

Bonjour à toutes et à tous ! Après près d’un mois d’absence, plus ou moins indépendante de ma volonté, me voici de retour sur le blog ! J’espère ne pas avoir trop perdu la main ! Quoi qu’il en soit, je vous reviens avec une série d’articles à thème, s’étalant sur deux semaines (un article tous les deux jours) au cours desquelles j’entends vous proposer une sélection de mangas à lire cet été, qui, pour différentes raisons plus ou moins explicites, m’évoquent la saison estivale. L’idée étant principalement de vous donner envie de découvrir ces œuvres, loin de moi la prétention (et l’envie, et la capacité) d’en fournir des analyses pointues, d’autant que ma lecture de certaines remonte à plusieurs années ! Reste que je ferai de mon mieux pour vous tenter, car ces sept mangas ont su, chacun à leur manière, me toucher voire marquer mon parcours de lecteur.


Our Summer Holiday est un volume unique de Kaori Ozaki (Immortal Rain) paru en 2013 au Japon dans le Gekkan Afternoon (Vinland Saga, L’Ère des Cristaux…). En France, le manga fut publié par Delcourt/Tonkam l’été dernier.

Our summer holiday article image 1

Natsuru, 11 ans, est la star de son collège et jeune espoir du football. Il se retrouve mis à l’écart le jour où il refuse les chocolats que lui offre la plus jolie fille de l’école. Seul, il fait la connaissance de Rio, une fille de sa classe qui est rejetée par ses camarades à cause de sa très grande taille. Ils vont petit à petit se rapprocher et Rio va alors lui avouer son lourd secret.

Ne vous laissez pas tromper par les tons pastels de la couverture : Our Summer Holiday, s’il sait varier les ambiances, reste un drame; un drame poignant, et violent, à bien des égards. Sans jamais trop en faire, la mangaka s’attaque à des thématiques très difficiles. L’abandon, le deuil, la solitude, la maladie, sont abordés et développés en filigranes tout au long du récit. Y sont mêlées des questions liées à l’environnement familial, le manga adoptant le point de vue enfantin des héros pour dépeindre ce qui les entoure, et souvent, les dépasse. Ainsi, les figures parentales présentées, à savoir, principalement, la mère de Natsuru, le père de Rio, et la jeune fille elle-même, contrainte de prendre en charge l’éducation de son petit frère (pour des raisons que je vous laisse découvrir), ont toutes une importance qui gagne en évidence à mesure que l’intrigue avance.

Our summer holiday article image 4

Mais tout n’est pas funèbre dans Our Summer Holiday (assez loin de là, en fait), puisqu’en effet, l’autrice met en lumière la relation touchante que tissent, au fil des pages, Natsuru et Rio. Les deux enfants, à priori assez différents, se verront unis par la force des choses, le temps d’un été. Confrontés à la violence tacite d’un monde d’adultes, des sentiments nouveaux fleuriront dans le cœur de nos héros, apportant à ce récit une touche de romance renforçant l’implication du lecteur dans les évènements. En dépit des impératifs liés au format court, Kaori Ozaki parvient sans peine à rendre cette intimité crédible par une attention particulière à la représentation tout en retenue des émotions des personnages, qui ensemble traversent des moments tantôt difficiles, tantôt emplis d’espoir, mais toujours très forts. C’est toute une rébellion silencieuse qui nait de la rencontre de ces deux jeunes, et conduit finalement à une envolée finale particulièrement somptueuse et sincère.

Our summer holiday article image 3

Le personnage de Yûta, le petit frère de Rio, apporte une touche d’humour bienvenue, illuminant les planches de par sa pureté intouchée, en dépit des horreurs traversées. Le contraste s’établit bien vite entre celle qui, sous le coup du malheur, aura dû grandir trop vite, et celui pour qui l’espoir est encore permis. C’est au final sur une note positive que se résoudra l’été de nos héros : la lecture ne plombe pas le moral !

Dès les premières pages, l’autrice parvient à installer une atmosphère résolument estivale, servie par un trait diaphane et un découpage envolé. L’ouvrage semble rayonner; les noirs, quasi absents, laissant plutôt place à une palette de gris clairs qui apporte en nuance et en texture au tracé de la mangaka sans en altérer la nitescence, qui n’atténue jamais les résonances dramatiques des évènements, et les renforce même pas effet de contraste.

Our summer holiday article image 2

Très vite apparaît une thématique centrale dans l’œuvre : la mort, et plus amplement son acceptation, le deuil qu’elle engendre, le fracas qu’elle peut causer chez ceux qui restent, leurs efforts pour finalement se réparer. Par antithèse, c’est peut-être la vie qui est explorée sous quelques coutures dans cette courte lecture, pourtant si dense, qui sous ses allures d’amourette estivale délivre un drame doux-amer saisissant, et laisse pour souvenir le sentiment un peu ineffable de la mélancolie

Our summer holiday article image 5

Publicités

4 commentaires sur “UNE MÉLANCOLIE POUR L’ÉTÉ – OUR SUMMER HOLIDAY

  1. Très belle critique, et très beau style d’écriture. C’est agréable à lire, clair et facile à suivre. J’ai appris un nouveau mot : nitescence, ahaha ;).
    Merci pour cet article, j’ai passé un bon moment et je note ce manga pour une prochaine lecture.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s