Découverte manga·Manga·Non classé

DÉCOUVERTE MANGA #43 – LE SECRET DE L’ANGE

Shiki Kawabata, autrice de Rouge Éclipse, signe son retour chez Akata avec le shojo thriller Le Secret de l’ange; l’occasion pour moi de découvrir cette mangaka de talent au travers d’une œuvre qui d’emblée m’attirait bien plus que sa précédente.


Fiche Technique

Autrice : Shiki Kawabata

Type : Shojo

Genre : Romance/Drame/Suspense

Éditeur VF : Akata

Nombre de tomes parus : 1 (4 fini au Japon)

Prix : 6,99€

Lorsqu’elle était enfant, Asahi fréquentait la petite école de dessin de son quartier. Mademoiselle Yûki, professeure qui en assurait les leçons, fut assassinée dans d’étranges circonstances. Son camarade, surnommé « l’Ange », fut alors accusé du meurtre. Mais Asahi, aujourd’hui devenue lycéenne, n’a jamais accepté les conclusions de l’enquête. Aussi quand un jour, en se rendant sur la tombe de son ancienne enseignante, elle rencontre Itsuki, le petit frère de cette dernière, ils décident ensemble de lever le voile sur les mystères qui entourent encore ce décès. Mais leurs intentions ne sont peut-être pas tout à fait les mêmes…

secret-de-lange-1-akata

Passées les allures chaleureuses et printanières de la couverture, on découvre un récit plus sombre et dense qu’il n’y parait d’abord. En effet, à mille lieues de la romance lycéenne, Le Secret de l’ange s’annonce comme un récit d’enquête, voire de vengeance : du shojo qui casse les codes, comme sait si bien les vendre l’éditeur.

Le premier chapitre fait office de mise en place très rapide et efficace, nous introduit sans perte de temps à l’univers de la série, qui se concentrera sans doute sur la relation entre les trois personnages principaux. L’héroïne, Asahi, jeune fille courageuse et déterminée à mettre au clair les évènements sombres de son passé; Itsuki, le petit frère de la professeuse assassinée de cette dernière, nourrissant une rancune féroce à l’égard de son assassin présumé qui n’est autre que l’Ange (celui du titre, ami d’Asahi, à priori incapable d’un tel crime). Ces trois identités fonctionnent très bien ensemble, car unies par le souvenir d’un être qui leur était cher à toutes. Les liens se créent donc quasi-instinctivement.

Si la rencontre d’Asahi et Itsuki peut paraître assez abrupte et déjà-vue, c’est pour ne pas tarder à amorcer le gros de l’intrigue, à savoir l’enquête. Leur relation gagnera par la suite en consistance, la confiance laissant place à la méfiance, tant le jeune homme semble avoir à cacher. Les deux personnages forment une belle unité et leur caractères se complètent plutôt bien. Certaines décisions de l’héroïne sont très sévères, et c’est toujours plaisant d’apprécier un personnage féminin avec du caractère et une telle audace. J’attends beaucoup du développement de chacun d’entre eux, et notamment d’Itsuki, encore bien mystérieux à ce stade de l’intrigue.

Mystérieux, certes, mais c’est au moins autant le cas Tenji, celui que l’on appelle « l’Ange ». Le garçon apparait presque toujours au travers de flashbacks, son existence est un tabou pour beaucoup, et l’héroïne parle de lui au passé, comme s’il était lui aussi mort la nuit du meurtre. Outre sa grande timidité, c’est l’amour de l’enfant pour sa professeuse qui transparait des souvenirs de l’héroïne qui le pense ainsi bien incapable d’attenter à sa vie. Même s’il est facile de deviner où compte nous emmener l’autrice avec ce faux antagoniste, c’est un personnage très touchant, et la fin de ce volume laisse penser qu’il gagnera en importance par la suite !

Shiki Kawabata développe une atmosphère à mi-chemin entre la nostalgie et le suspense, qui frôle parfois le romantisme, de par ses aspects très torturés, sans jamais en faire trop. Les scènes évoquants la relation qu’entretenaient les personnages avec Mademoiselle Yûki sont très riches en émotion, et notamment les flashbacks. J’espère sans trop y croire (de par la durée de la série) un peu de développement pour ce personnage sincère et chaleureux ! La mangaka mêle habilement les pistes concernant les circonstances de son décès, et préserve le mystère complet arrivé à la fin de ce premier volume (quand bien même des hypothèses commencent peut-être à se dégager dans l’esprit du lecteur). Il y a tout de même quelques ficelles un peu visibles dans ce premier tome, sans doute motivées par une nécessité de faire avancer l’intrigue sans trop l’étirer, mais force est de constater que l’autrice nous implique sans mal, tant émotionnellement que narrativement, dans son œuvre !

En lisant ces lignes, vous craignez peut-être une lecture déprimante : détrompez-vous, il y a aussi (un peu) d’humour dans Le Secret de l’Ange ! Celui-ci est notamment apporté par le caractère de l’héroïne et de ses deux camarades de classe (très très secondaires mais que j’adore). Voilà qui rajoute un peu de lumière au tableau !

1521692646_820_le-secret-de-lange-hakoniwa-no-soleil-chez-akata-en-avril.jpg

Visuellement, je suis fan de la patte de Shiki Kawabata et de ses designs attachants et singuliers (des nez très pointus, par exemple). La mangaka pose des décors très riches et réussis, qui dégagent vraiment quelque chose, notamment la serre d’Itsuki, botaniste (en voyant la couverture fleurie… ceci explique cela). La mise en scène est elle aussi très convaincante, le découpage très serré et dynamique, mais tantôt plus aéré pour laisser place aux émotions des personnages ou alourdir un moment de tension. En somme, le trait de Shiki Kawabata, à l’instar de son intrigue, brille d’élégance, de mystère d’une nostalgie qui serre le cœur.

Je n’ai rien de particulier à reprocher à l’édition d’Akata, comme très souvent très correcte. La traduction retranscrit très bien la ferveur et l’émotion de certains dialogues, et conserve bien, il me semble, certains sous-entendus de la version originale.


Le Secret de l’ange est donc un petit coup de cœur printanier, dont les personnages et le mystère auront su me charmer ! En un simple premier volume, la mangaka met en place plusieurs personnages complexes et d’ores et déjà très bien écrits, qu’il me tarde de voir approfondis !

Publicités

2 commentaires sur “DÉCOUVERTE MANGA #43 – LE SECRET DE L’ANGE

  1. Je viens à peine de l’acheter et je n’ai pas eu le temps de le lire, mais ton article donne très envie de l’ouvrir. Je craignais que l’intrigue ne soit un peu sacrifiée par le développement des personnages ou la vie lycéenne, mais ce n’est pas le cas d’après ton texte. Et c’est justement ce que j’espérais.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s