Et la suite ?·Manga·Non classé

ET LA SUITE ? #24 – FÛKA, MY HERO ACADEMIA, BLACK TORCH

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler des suites de trois shonen !


  • Fûka #7
Fiche Technique

Auteur: Koji Seo

Type: Shonen

Genre: Tranche-de-vie/Musique

Éditeur VF: Pika

Nombre de tomes parus: 7 (20 fini au Japon)

Prix: 6,95€

Apprenant que le concours “Electric Rebellion” est en réalité joué d’avance et que le président du jury a déjà choisi de faire gagner le groupe “Le-bard”, Yû et les membres de “The fallen moon” profitent de leur passage sur scène pour annoncer leur retrait de la compétition, suscitant ainsi une immense vague d’émotion. Cependant, leur performance musicale a tôt fait de transformer cette stupéfaction en une ferveur telle que le public leur demande de jouer un second morceau, faisant de leur mini-concert le moment fort de la journée !

fuka-7-pika

Ma chronique du tome 5.

Dans ma chronique dédiée au cinquième volume de la série, je vous disais que l’un des principaux défauts de Fûka était de ne faire aucun effort pour mettre en avant son noyau thématique, à savoir le monde de la musique. Si les scènes de concert ne gagnent pas en émotion et paraissent tout aussi fades et expédiées qu’auparavant, ce tome 7 confronte Yû et ses compagnons à certains aspects difficiles de l’industrie. En apprenant qu’Electric Rebellion, le concours auquel ils participent, est truqué et que les résultats sont planifiés à l’avance, The Fallen Moon ouvre les yeux sur la cruauté et l’injustice inhérentes à cet univers. Les membre ont toutefois une belle réaction face à cette découverte sonnante, et concourent de leur mieux en dépit des circonstances, ne lâchant rien sur leurs principes et leur sincérité.

Par la suite, un nouveau personnage fait son apparition : Saori Amaya. PDG d’une toute jeune agence de production pour le moins suspecte. L’intégration du groupe à celle-ci est un pan du volume qui m’a assez déplu. D’abord, le personnage de Saori Amaya est un stéréotype sexiste assez insoutenable : plantureuse (l’auteur fait ressortir ses formes à outrance, tordant le réalisme au profit d’un fan-service objectivement assez moche…), malhonnête et manipulatrice, la jeune femme semble espérer se faire pas mal d’argent sur le dos de la bleusaille. Pourtant, Yû et ses amis font preuve d’une extrême naïveté à son égard, frôlant la bêtise, ce qui n’a pas manqué de m’énerver !

Si l’écriture manque de finesse (avec un « hasard » bien utile, et des réactions pas toujours très réalistes), reste que se dégage du petit groupe une atmosphère bienveillante et attachante, qui pousse à poursuivre l’aventure ! J’aimerais toutefois que les membres commencent à penser et à agir par eux-mêmes, sans toujours se référer à Yû. Je pense que certains seraient intéressants à approfondir et pourraient avoir de belles choses à raconter. Le cas de Sara me parait notamment assez triste : à l’origine assez mystérieuse et caractérielle, la jeune fille s’efface par amour pour le leader qu’elle suit sans réfléchir. Le jeune homme, quant à lui, se remet beaucoup en question, ce qui lui joue des tours une fois sur scène.
La relation entre Yû et « la nouvelle » Fûka franchit un cap, et cet amour naissant est assez touchant et bien pensé. J’ai hâte de le voir se développer dans les prochains volumes !

Fûka offre donc un nouveau volume rafraîchissant et divertissant, malgré certains soucis d’écriture et des personnages secondaires un peu plats. La série vient de s’achever au Japon : j’espère que celle-ci ne s’essoufflera pas trop vite !

14/20


  • My Hero Academia #13
Fiche Technique

Auteur: Kôhei Yorikoshi

Type: Shonen

Genre: Aventure/Fantastique/Action/School-Life

Éditeur VF: Ki-oon

Nombre de tomes parus: 13 (18 en cours au Japon)

Prix: 6,60€

Fort d’un nouveau costume et de nouvelles techniques, Izuku a bien progressé, tout comme ses camarades de classe… C’est donc remonté à bloc qu’il entame la première épreuve !
Et la chance semble lui sourire : grâce aux liens qui les unissent et à un bon travail d’équipe, tous les seconde A parviennent à se qualifier ! Mais l’exercice suivant se révèle beaucoup plus difficile pour les apprentis héros de Yuei…

my-hero-academia-13-kioon

Ma chronique du tome 10.
Ma chronique du tome 12.

Les examens en vue de l’obtention du permis provisoire de super-héros se poursuivent, et alors que tous les élèves de la seconde A réussissent avec brio le premier exercice, le second semble proposer son lot de difficulté ! Il s’agit d’une épreuve de sauvetage, au cours de laquelle nos jeunes apprentis seront amenés à collaborer pour plus d’efficacité !
J’ai beaucoup aimé voir les petits groupes se former, s’entraider, et prendre part à un aspect de la vie super-héroïque qui n’avait pas encore eu droit à son coup de projecteur ! Le tandem Ochako/Momo est assez mis en avant tout au long de la première partie de l’épreuve ! Une complicité féminine bien écrite, puisque les deux jeunes filles font preuve d’une ingéniosité remarquée par les examinateurs !

Par la suite, les choses s’enveniment, et l’épreuve prend une tournure inattendue, ramenant un peu d’action brute au récit !  C’est l’occasion de faire intervenir le personnage d’Inasa, élève de seconde d’un lycée concurrent, qui semble nourrir une rancoeur inexpliquée à l’égard de Shoto et de son paternel (bon, le père, ça se comprend assez). Les deux garçons devront mettre leurs différents de côté et concilier leur alter opposés pour venir à bout de l’ennemi !
En somme, encore une fois, Kohei Horikoshi ne manque pas de mettre en scène des combats d’anthologie, tout en développant de très nombreux personnages, dans une ambiance purement shonen !

Une fois l’examen terminé, les manigances ennemies reviennent sur le devant de la scène. Avec un petit twist tout à fait inattendu (et qui à fait son effet sur moi !), l’auteur nous prépare au pire pour la suite : Izuku et ses camarades ne sont pas au bout de leurs surprises. Les changements engendrés par le départ d’All-Might à l’échelle sociale occupent également une place de choix. Une tension perceptible se repend, motivée par des médias volontiers sensationnalistes, et la menace se réorganise pour un nouvel assaut. On en apprend aussi un peu plus sur All for One, au travers d’un dialogue intense entre lui et son ennemi de toujours, All-Might. Enfin, les dernières scènes de ce volume sont particulièrement touchantes, et promettent une jolie évolution à l’amitié Izuku/Bakugo !

My Hero Academia ne faiblit pas et son intrigue passionnante mêlée à une action bien dosée offre un cocktail irrésistible qui continue de faire ses preuves !

17/20


  • Black Torch #2
Fiche Technique

Auteur: Tsuyoshi Takaki

Type: Shonen

Genre: Action/Aventure/Fantastique

Éditeur VF: Ki-oon

Nombre de tomes parus: 2 (4 en cours au Japon)

Prix: 6,90€

Depuis que Jiro a fusionné avec une étrange entité du nom de Rago, sa vie est devenue un enfer… Tous les Mononoke veulent l’affronter pour s’approprier la puissance du “Soleil noir”, et il a été enrôlé de force dans une mystérieuse organisation, le Bureau des investigations secrètes.
Avec Ichika Kishimojin, une combattante qui ne cache pas son antipathie pour lui, Jiro a rejoint une toute nouvelle unité : “Black Torch” ! Le jeune agent doit encore faire la connaissance de ses autres équipiers, mais déjà la coopération s’annonce difficile…

black-torch-2-ki-oon

Fort d’un premier volume accrocheur et captivant, qui offrait à cette série une introduction exemplaire, j’attendais ce nouveau tome de Black Torch de pied ferme. Et quelle surprise, celui-ci s’avère encore meilleur que le précédent ! J’ai vraiment adoré ma lecture, et ce shonen malin et spectaculaire est bien parti pour se frayer une place bien haut dans mon top 2018 !

Jiro finit par rejoindre (plus ou moins par contrainte, dans un premier temps) la toute nouvelle unité du Bureau des investigations secrètes : Black Torch. Autant dire que le manga n’aura pas perdu de temps inutilement de ce côté là, ce qui est une très bonne chose !
Notre héros fait alors plus ample connaissance avec les quelques autres membres de l’équipe, et notamment Reiji, descendant d’une prestigieuse lignée d’onimitsu. Celui-ci, figure type du rival taciturne et arrogant, ne manquera pas de taper sur les nerfs de Jiro (qui déjà se fritte pas mal avec sa collègue, Ichika). Toutefois, leur relation ne tarde pas à évoluer vers quelque chose de plus subtile. J’ai trouvé cette rivalité bien écrite, tant l’affection et le respect mutuel se ressentent déjà dans les attentions particulières plus que dans les mots des autres personnages (comme c’est souvent le cas dans ce type d’histoire). On aura d’ailleurs droit à un très beau combat entre les deux sanguins en début de tome, qui fera office d’apprivoisement mutuel aussi bien que de test de niveau.

À la suite de cette introduction qui finit de mettre en place les différents membres du noyau Black Torch; Jiro, Ichika et Reiji partent pour une première mission, accompagnés de Ryosuke, leur chef d’unité. Cette enquête donnera lieu à un premier affrontement pour la toute jeune section, qui se retrouvera face à un mononoke pour le moins impressionnant !  Cette confrontation amènera les deux rivaux à lutter main dans la main !

On en apprend davantage sur le passé de différents personnages, et en premier lieu de Rago, Reiji et Ichika. Ces flashbacks très émouvants nous éclairent quant aux motivations de chacun, et s’il n’y a rien d’à proprement parlé révolutionnaire, le tout fonctionne superbement tant l’écriture de Tsuyoshi Takaki est fine et fluide. Quelques nouveaux personnages font leur apparition, comme la cheffesse de la section spéciale du Bureau, Toko Kusumi, qui en plus d’être incroyablement badass nous permet d’en apprendre davantage sur la hiérarchie et le fonctionnement de cette organisation.

L’action est toujours aussi impressionnante, supportée par un découpage vif et original qui sublime le dynamisme et le charisme de certains passages. Difficile de s’ennuyer avec une telle composition des planches ! Le trait de l’auteur me botte toujours autant, dans sa précision sauvage. La relative absence de décors ne gène pas le moins du monde : bien plus que les environnements, ce sont les personnages, le mouvement, qui sont au cœur du dessin du mangaka, et cette épure permet de les faire ressortir au mieux !

Black Torch est donc un gros coup de cœur de ce début d’année 2018 ! L’attente pour le prochain volume me parait interminable, et je ne peux que vous recommander ce nekketsu puissant, intelligent, et superbement gratté !

heart-146466_960_720 18,5/20


Voilà tout pour cet article qui n’a que trop duré !
N’hésitez pas à me communiquer votre avis sur ces volumes, si vous les avez lu !
À très vite sur le blog (ou ailleurs…) !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s