Dans la mangathèque·Manga·Non classé

CES MANGAS QUE J’AIMERAIS VOIR EN FRANCE !

Je vous ai récemment sondé sur Twitter, et il semblerait que vous soyez relativement intéressés par un article dans lequel je vous présenterais quelques mangas jusqu’alors inédits dans nos contrées et que je souhaiterais nous voir parvenir !
Afin d’avoir de quoi nourrir ces quelques lignes, j’ai commis une entorse à mes principes en allant lire les premiers chapitres des œuvres en question en scan (histoire de savoir un peu de quoi je parle). Je présenterai les titres par ordre de probabilité de parution VF (un classement subjectif, donc…). C’est parti !


Reiraku – Inio Asano

Dernier one-shot en date de mon auteur préféré, Inio Asano, Reiraku est apparemment un drame se focalisant sur le quotidien d’un mangaka. Une œuvre sans doute très personnelle et inspirée du vécu de son auteur, belle et dramatique comme lui seul sait les écrire. Visuellement, il conserve les designs surréalistes et cartoon de DDDD tout en leur imputant un esprit plus adulte. Je suis honnêtement très intrigué par cet ouvrage (en dépit de quelques retours mitigés).

reiraku-manga-volume-1-simple-298785

Probabilité de sortie francophone: 99%

On l’aura, c’est évident. Kana a déjà fait savoir qu’ils étaient sur le coup, ce qui n’est pas très étonnant. Reste à savoir quand… étant donné que l’éditeur n’a jamais publié de manga parus dans le Big Comic Superior, il est possible que les négociations prennent un peu de temps. J’espère pouvoir le savourer avant 2020, tout de même !


Beastars – Paru Itagaki

Grand vainqueur de la dernière édition du Manga Taishô Award, Beasters, débutée en 2016, est la première série de son auteur, Paru Itagaki.
Toujours en cours avec 8 volumes, Beastars prend place dans un monde peuplé d’animaux anthropomorphes. On suit le quotidien de lycéens, et plus précisément d’un jeune loup au grand cœur qui peine à se faire accepter par ses camarades en raison de son allure bourrue et intimidante. Visuellement très soigné, le manga joui d’une popularité croissante au Japon, et chaque volume se retrouve dans le Top Oricon la semaine de sa sortie !

Probabilité de sortie francophone: 90%

Vu le succès du titre au Japon, ça m’étonnerait vraiment que les éditeurs VF ne se laissent pas tenter. Alors certes, le côté furry en déroutera peut-être certains, mais ça ne serait clairement pas la prise de risque du siècle, étant donné que beaucoup de lecteurs l’attendent impatiemment (une bonne communication et ça fait un carton). Je le vois bien chez Akata, Komikku, ou encore Casterman, qui cherche à élargir un peu son lectorat avec des titres moins underground (type Gloutons & Dragons).


Nobunagun – Masato Hisa

S’il n’a jamais été en tête des ventes, Masato Hisa a su conquérir la critique, tant est si bien que je ne connais personne qui ait été déçu par Area 51 ! Nobunagun narre l’aventure de la jeune Shio, qui fait la rencontre d’un commando spécial dont les membres tirent leur pouvoir de l’esprit de grands combattants. Shio décidera de les rejoindre pour sauver un ami en danger, découvrant qu’elle est elle-même habitée par l’esprit du grand Nobunaga Oda…

Premier gros succès de son auteur, Nobunagun, fini en 6 volumes et publié en parallèle d’Area 51, a en commun avec ce dernier le ton et l’atmosphère pop propre à son auteur. Le concept des pouvoirs tirés de grandes figures de l’histoire pourra rappeler Bungô Stray Dogs (j’aime beaucoup) ou Pétales de réincarnation (j’aime beaucoup moins), ce qui n’est pas pour me déplaire !

Probabilité de sortie francophone: 85%

Casterman a d’ores et déjà prévu de publier très prochainement Greatful Dead, la première œuvre de l’auteur. J’ose espérer que la sortie de ce manga s’inscrit dans une démarche de proposer l’entièreté de la bibliographie de Masato Hisa, ce qui serait vraiment génial ! Toutefois, étant donné que l’éditeur n’a apparemment jamais eu  affaire avec Earthstar Entertainment, l’éditeur japonais du titre, on peut craindre une collaboration difficile…
À noter que chez Casterman, Area 51 fonctionne plutôt bien ! Comme quoi, un peu de communication et un prix relativement abordable suffisent parfois à faire passer à la caisse (hein, Glénat ? 9,35€ Jabberwocky ????). Par ailleurs, Nobunagun est déjà connu de certains lecteurs francophones, étant donné qu’il a eu droit à une adaptation en série animée ! Bref, on a de bonnes raisons d’espérer !


Chi no Wadachi – Shuzo Oshimi

Dernière œuvre en date du grand Shuzo Oshimi (Les Fleurs du mal, Dans l’intimité de Marie, Happiness), Chi no Wadachi, toujours en cours avec 3 volumes au Japon, se centre sur la relation incestueuse d’une mère et de son fils, de la tendre enfance de ce dernier à, on l’imagine à terme, son adolescence (voire plus). Le chef d’œuvre du mangaka, à en croire certains. Ce qui est sûr, c’est qu’il se surpasse de titre en titre et s’impose comme une des plus grandes figures de sa génération. Certaines planches que j’ai pu voir passer sur Twitter sont glaçantes (avec une quelque chose qui rappelle un peu les derniers instants de Dans l’intimité de Marie, par exemple).

Probabilité de sortie francophone: 80%

Lancé courageusement par Akata il y a quelques années de cela, Shuzo Oshimi est un auteur qui a su trouver son public chez nous. Sans se vendre merveilleusement bien, je pense que les éditeurs ont conscience de l’importance de ses œuvres pour le média, et j’aime à penser que si la publication de ses premiers mangas est incertaine, tout ce qu’il écrira à compté de ce jour nous parviendra.

Une ombre obscurcit néanmoins le tableau : le thème de l’inceste. En France, on est très, très frileux avec ça… et sans même parler d’un lectorat rebuté, peu sont les éditeurs qui oseraient sortir Chi no Wadachi (c’est aussi pour cela que l’on rame à avoir les mangas d’Asumiko Nakamura, par exemple). Alors bon, pourquoi pas Akata (s’il y a encore moyen pour eux de publier l’auteur) et sinon, à la limite, Ki-oon, dans un élan de courage. Pika je ne préfère pas, vu l’édition désastreuse de Happiness… Personnellement j’y crois beaucoup, mais je pense qu’on peut encore attendre un peu, d’ici 2020 sans doute.


Ginga Eiyuu Densetsu – Ryû Fujisaki

Adaptation d’une série de roman de science-fiction par l’auteur d’Arslan Senki, Yoshiki Tanaka, Ginga Eiyu Densetsu m’a subjugué dès ses couvertures, à tomber par terre. Le dessinateurs, Ryû Fujisaki, joui d’une certaine notoriété en France, puisque des titres comme Shi Ki ou Hôshin, sans être des blockbusters, ont marqué le marché à une époque. Chose amusante, les romans avaient déjà été adaptés par une certaine Katsumi Michihara (inconnue au bataillon). Le récit est apparement assez culte, bien que je n’en ai jamais entendu parler !

Probabilité de sortie francophone: 80%

Avec l’adaptation animée qui débute, je vois une nouvelle occasion pour les éditeurs de nous proposer le manga. De plus, le dessinateur a déjà fait ses preuves ! Compte tenu du magazine et de l’univers de la série, je la verrais bien chez Kana (ambiance Albator etc.), ou éventuellement chez Kurokawa, qui publie actuellement The Heroic Legend of Arslan, dessiné par Hiromi Arakawa, et adapté d’une autre série de roman de l’auteur de Ginga Eiyuu Densetsu.


Shônen Note – Yûki Kamatani

Dans Shônen Note, on suit un jeune choriste qui verra sa passion mise à mal par la mue de sa voie. Finie en 8 volumes, cette série, signée Yûki Kamatani (Nabari, Éclat(s) d’âme…) a tout pour faire chavirer mon petit cœur: un héros tout mignon, du drame, de la poésie, de l’amour… et de la musique !

Probabilité de sortie francophone: 70%

Éclat(s) d’âme est bien parti pour être le plus gros succès de l’année pour Akata. Ne pas publier d’autres œuvres de son auteur.ice serait vraiment passer à côté de quelque chose, d’autant que l’éditeur suit souvent une politique d’auteur. Je suis assez confiant quant à la publication du titre chez nous: ça parle d’acceptation de soi, les couvertures sont sublimes et très vendeuses… aucune raison pour qu’Akata fasse l’impasse ! En plus, l’éditeur s’est récemment ouvert aux catalogues de Kôdansha, la maison d’édition japonaise du titre ! Wait & see !


Kono Oto Tomare ! – Amyû

Encore un manga musical (oui, j’aime beaucoup ça) en milieu lycéen ! C’est l’histoire de Takesô, qui se bat pour faire survivre le club de musique de son lycée ! Au gré des rencontres, les protagonistes de Kono Oto Tomare évoluent et le titre aborde subtilement une pléthore de thèmes très matures… Et puis les couvertures sont splendides. Si je n’ai pu en survoler que quelques chapitres, le manga instaure tout de suite une ambiance très attachante et humaine, si bien je me tâte presque à en poursuivre la lecture en scan !

Probabilité de sortie francophone: 5%

Clairement l’outsider de cette sélection. Avec 17 volumes au compteur, difficile de continuer à espérer pour celui-ci, d’autant que son autrice n’a rien publié d’autre par chez nous. C’est vraiment dommage, car c’est le type d’œuvre qui aurait tout à fait sa place dans les catalogues d’Akata, ou même de Pika, qui publie actuellement Fûka ! Étant donné qu’il parait dans le Jump Square, les plus à même de le publier seraient Kazé ou Delcourt/Tonkam, assez friands du catalogue de ce magazine.


Voilà tout pour cette petite session de partage d’envies plus ou moins réalistes !
Un manga de cette sélection vous fait-il envie ? En avez-vous d’autres à me suggérer ? Je vous rejoins en commentaire pour discuter de tout cela !
Pour ma part, il y a beaucoup d’autres titres que j’aimerais voir paraître chez nous ! Alors n’hésitez pas à me demander un second épisode si celui-ci vous a plu ou fait découvrir un beau manga !
À très vite sur le blog (ou ailleurs…) !

Publicités

8 commentaires sur “CES MANGAS QUE J’AIMERAIS VOIR EN FRANCE !

  1. J’apprécie également beaucoup beastars et si sa renommée est grandissante, je suis plus dubitatif à le voir arriver chez nous. Notamment à cause de son dessin particulier (quoique on a bien l’attaque des Titans qui fonctionne), de anthropomorphisme qui n’est pas mignon et qui sert une histoire qui l’est encore moins.

    Par contre, concernant Chi no Wadachi à la lecture des chapitres qui sont sortis, il n’est pas certain que l’inceste soit le centre de l’histoire. On est plus à mon sens sur du thriller psychologique. Le pitch de base laisse penser à de l’inceste, les premiers chapitres laissent flotter cette impression mais si ça traite effectivement d’une relation tordue entre une mère et son fils, c’est plus le côté étouffant de la mère et sa « descente » mentale qui impacte son fils qui sont actuellement au cœur du sujet.
    Tout peut encore changer bien évidemment, c’est un manga plutôt d’ambiance et assez lent (on a des chapitres où il se passe quasi rien).

    Aimé par 1 personne

    1. Ah, j’ai essayé de rester très positif pour Beastars, et je pense vraiment qu’il arrivera. Mais en effet, les points que tu mentionnes sont des obstacles, mais qui n’effraieront pas des éditeurs comme Casterman.

      Chi no Wadachi je ne vais pas mentir, je n’ai lu qu’un chapitre ! Si l’histoire prend un tournant différent, les éditeurs seront peut-être plus enclin à nous le proposer vite ! (mais celui-ci, j’ai vraiment revu mes estimations à la baisse… on peut être sûr qu’il arrivera tôt ou tard).

      J'aime

  2. Bon article dans son ensemble.
    Chaque titre me tente et j’aimerai bien les lire une fois arrivé en France. Je suis tout de même un peu réticent concernant Kono Oto Tomare (je vais surement regarder deux ou trois chapitres dans les jours à venir).
    L’idée de faire un second article sur ce thème est plus que nécessaire, surtout pour Kanata Kakeru qui a toute ses chances en France. Également pour Akebi-chan no Sailor-fuku, un manga Slice of Life fort sympathique ! Ou encore Ao no Flag ! Ou bien Komi-san wa, Komyushô desu. !
    Désolé, je m’emporte…
    Fait un deuxième article steuplait ! 🙂

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci !
      J’attends ton avis sur Kono Oto Tomare (j’ai lu 1 chapitre haha).
      Je ne connais pas tous ces titres, mais je vais aller me renseigner !
      Au vu de l’enthousiasme général, je prévois un second numéro, mais pas pour tout de suite (ça serait lassant haha) ! Disons… mais/juin ?

      Aimé par 1 personne

  3. Pour Chi no Wadachi, Ahmed Agne l’a teasé lors d’une émission sur jvtv pour une sortie l’année prochaine chez ki-oon.
    Pour Ginga Eiyuu Densetsu, il est listé sur nautiljon et en recoupant avec certaines libtairies en ligne, c’est chez kurokawa,ex: https://livre.fnac.com/a11672618/Les-Heros-de-la-Galaxie-Tome-1-Les-Heros-de-la-Galaxie-Tanaka
    Sinon, j’attends aussi Beastars mais pas sûr que les éditeurs français se battent pour.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ces informations ! C’est super si Ki-oon a Chi no Wadachi !
      Je savais pour Ginga Eiyuu Densetsu, mais le paragraphe date d’avant la fuite (et je l’ai laissé tel quel, fier de ma « prédiction » haha).
      Beastars, je vois beaucoup de personnes qui ne sont pas aussi confiantes que moi… et peut-être que je grossis un peu le trait. Reste que je pense qu’il a tout à fait sa chance, au vu son succès grandissant, qui lui vaudra d’ailleurs peut-être un anime !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s