Et la suite ?·Manga·Non classé

ET LA SUITE ? #23 – WONDERLAND, SPIRITUAL PRINCESS, SPACE BROTHERS

Bonjour à toutes et à tous ! Je vous retrouve aujourd’hui après un peu plus d’une semaine d’absence pour faire le point sur trois séries !


  • Wonderland #2
Fiche Technique

Auteur: Yugo Ishikawa

Type: Seinen

Genre: Suspense/Fantastique

Éditeur VF: Panini

Nombre de tomes VF: 2 (6 fini au Japon)

Prix: 8,99€

Chassées du centre commercial par un gang de drogués fous furieux Yukko et Alice se réfugient dans un parking. Mais elles se retrouvent poursuivies par une horde de chats ! Heureusement, un ancien vigile nommé Harada leur vient en aide et leur permet de se mettre provisoirement à l’abri.
Le répit est de courte durée. Alors que nos héroïnes croient enfin pouvoir souffler un peu, les hommes des JSDF ne sont pas loin.

wonderland-2-panini

Ma chronique du tome 1.

Après une entrée en matière efficace qui posait les bases d’un récit de science-fiction prenant, j’attendais de Wonderland certaines prises de risque, selon moi essentielles à la réussite de ce type de récit (malmené par un certain nombre de lieux communs qu’il est très tentant d’employer). Car si le premier volume de la série était, il est vrai, très bien exécuté, il avait quelque chose de trop sage et convenu pour réellement passionner ! Heureusement, Yugo Ishikawa prend le parti de ne pas garder toutes les révélations pour le dernier tome, et déjà ici enrichit progressivement son intrigue de nouveaux mystères pour le moins intrigants !

Qui est réellement Alice ? Quel rôle joue-t-elle dans la catastrophe en cours ? Pourquoi le gouvernement ne vient-il pas en aide à la population ? Les questions que l’on se pose à la lecture sont nombreuses et trouvent bien tôt leur réponse (ce qui est encourageant pour la suite). Par ailleurs, les menaces affrontées se diversifient. Là où dans le premier volume les héroïnes faisaient souvent face à des animaux, ici, tout cela est enrichi (puis ce reproche de la menace récurrente n’a en fait pas lieu d’être, pour une raison révélée dans ce tome). Par ailleurs, j’ai entendu pas mal de critiques vis-à-vis de points inexpliqués dans le volume précédent, ou de supposés paradoxes/erreurs d’écriture: je le répète, beaucoup d’éléments qui ne sont révélés que dans ce second tome viennent combler les interrogations que pouvait laisser planer son prédécesseur. Alors si celui-ci vous a laissé sur votre faim, je vous encourage à donner sa chance à celui-ci !

Visuellement, c’est toujours aussi efficace. L’auteur maitrise parfaitement sa mise en scène et son trait net et nuancé permet un dynamisme bienvenu (voilà une très bonne utilisation des atouts et spécificités du numérique). Narrativement, le manga prend également une tournure assez surprenante, convoquant des acteurs de l’extérieur, là où le premier volume laissait supposer une intrigue en huis-clos, coupée du reste du monde.

En conclusion, avec Wonderland, Yugo Ishikawa parait savoir où il nous emmène. Ce second volume ne souffre d’aucun temps mort et donne terriblement envie de se ruer sur la suite dès sa sortie ! Un divertissement agréable, qui sort un peu du lot !

15,5/20


  • Spiritual Princess #2
Fiche Technique

Autrice: Nao Iwamoto

Type: Shojo

Genre: Romance/Fantastique/Tranche-de-vie

Éditeur VF: Kazé

Nombre de tomes VF: 2 (12 fini au Japon)

Prix: 6,79€

Takeru a accepté de sortir avec Akihime ! Stupéfaite, puis ravie, la lycéenne n’a plus qu’une hâte : passer du temps en tête à tête avec lui. Hélas, son père requiert sa présence au mont Ryokuhô pour une grande journée d’initiation au Shugendô, l’empêchant ainsi d’avoir un rendez-vous en amoureux… Pour passer du temps avec son bien-aimé, il va lui falloir persévérer !

spiritual-princess-2-kaze-2

Spiritual Princess est un titre que j’attendais de pied ferme, mais qui au final m’avait assez déçu. S’il est vrai que l’ambiance rurale du manga avait quelque chose d’apaisant et que les visuels d’Iwamoto avaient de quoi plaire, le premier volume m’avait paru assez lourd, voire carrément ennuyeux. Un fantastique tout compte fait très peu présent, des personnages assez stéréotypés et pas franchement attachants, des dialogues à rallonge ni spécialement drôles ni spécialement intéressants… j’ai dû m’y prendre à plusieurs reprises pour venir à bout du premier tome, tant est si bien que j’ai pendant quelques temps sérieusement considéré l’option de le revendre !.. et puis, je me suis finalement résolu à laisser sa chance au second tome, au moins, histoire de ne pas risquer de passer à côté d’un titre qui, si ça se trouve, avait juste un peu de peine à se lancer !

Et je dois dire que dès les premières pages, je me suis senti déjà plus impliqué dans la relation entre les deux protagonistes, un des éléments clef de ce volume ! Celle-ci est en effet très mise en avant, et traitée d’une façon plutôt réaliste (tout n’est pas idyllique)! J’ai été très sensible au questionnements de la jeune Akihime qui remet en cause ses choix d’avenir et ses sentiments. Ces passages, sublimés par l’écriture intelligente de la mangaka, délivrent une réelle sensibilité qui je pense parlera à beaucoup. Voilà qui permet un début d’attachement à la jeune fille, qui gagne en profondeur au travers de son doute et de ses préoccupation (elle apparait surtout bien plus humaine, me semble-t-il…).

Mais, en gravitation autour d’Akihime, on retrouve toute une flopée d’individus excentriques ! En effet, Spiritual Princess « s’encombre » de très, très nombreux personnages secondaires, ce qui ne permet pas de tous les développer, et cause parfois quelques soucis de mémoire (surtout quand on oublie tout d’un tome à l’autre, comme moi…). Tout cela cause une certaine effervescence confuse constante, pas forcément propice à la mise en avant de quelque intimité que ce soit.

J’aurai donc préféré les quelques passages en petit comité aux scènes de groupe (les échanges sont déjà très riches, mais si en plus 10 personnes parlent en même temps… on perd en fluidité). Cette sensation d’étouffement, quand bien même moins marquée que dans le volume précédent, on la retrouve encore. Je n’ai rien contre les dialogues denses, mais dans ce titre, je trouve que ça nuit franchement aux ambiances qu’essaye d’instaurer l’autrice (la poésie d’un petit village de campagne, la féérie de l’imaginaire japonais…). Ça reste un point noir, pour ma part.

Ce second volume exploite davantage l’aspect fantastique du titre, pour mon plus grand plaisir, et ce notamment sur sa fin ! On en apprend un peu plus sur les us et coutumes de cette société où cohabitent humains et êtres divins, mais aussi sur tout ce qui englobe l’univers des tengu. J’espère que l’autrice continuera sur cette voie par la suite, parce qu’elle s’en sort très bien pour le moment !

À noter l’apparition d’un nouveau personnage féminin, déclencheur d’un futur triangle amoureux (cramé dès les premières pages du premier tome…), et évidemment propice à de la rivalité féminine (un peu dommage… d’autant plus que la nouvelle parait assez sympathique).

En somme, Spiritual Princess regagne en interêt avec ce second opus plus entrainant et émouvant que le précédent ! Gageons que la suite sera du même acabit et que la mangaka parviendra à exploiter au mieux les nombreuses qualités de son récit.

13/20


  • Space Brothers #22
Fiche Technique

Auteur: Chûya Koyama

Type: Seinen

Genre: Comédie/Science-Fiction/Tranche-de-vie

Éditeur VF: Pika

Nombre de tomes VF: 22 (32 fini au Japon)

Prix: 8,05€

La pétition de Mutta en faveur de l’ISS ne produit pas l’effet escompté auprès de M. Gates. Tout va-t-il s’envoler en fumée ?
Rien n’est moins sûr, car après une visite au bar « Output Tavern », le directeur des programmes de la NASA semble se remettre en question…

space-brother-22-pika

Ma chronique du tome 20.

Un rapide point sur Space Brothers, dont le tome 22 vient de paraitre en librairie (je vais essayer de faire concis car je me suis pas mal étendu sur Spiritual Princess, à tel point que je me demande si je n’aurais pas mieux fait de l’aborder au travers d’une couverte manga dédiée).

Tout ce volume tourne autour de la lutte pour la réalisation de deux projets: le maintien en service de l’ISS (à bord de laquelle Serika et Ena devaient embarquer), et la qualification des Jokers, dont Mutta fait partie, pour la mission visant à installer l’observatoire Sharon sur la face cachée de la lune. Mutta sera donc amené, une nouvelle fois, à faire preuve d’altruisme et d’inventivité pour faire valoir ses idées, notamment auprès de monsieur Gates, directeur des programmes de la NASA. Cette figure qui nous paraissait bien antipathique depuis son entrée dans le manga, il y a déjà quelques volumes, gagne ici en profondeur grâce à l’exploration de son parcours d’amoureux de l’espace. Chûya Koyama livre une fois de plus des flashbacks qui sentent bon la nostalgie, démontrant à qui en douterait encore qu’il est l’un des mangaka en activité maitrisant le mieux l’émotion.

Au-delà des protagonistes que l’on est accoutumé à retrouver d’un volume à l’autre, on note l’entrée en scène de nouveaux personnages, tous très bien écrits (et vraiment, les personnages de Space Brothers débordent d’humanité… je les aime tous très très fort!!!). D’une part, Owen Parker, propriétaire du bar Output Tavern, très fréquenté par le personnel de la NASA. Ce dernier partage un passé commun avec Walter Gates, et l’aidera à retrouver foi en ce en ce qui le passionne. Un personnage bien pensé, qui se fera sans doute très secondaire par la suite et résonne surtout au travers de sa relation avec le directeur Gates, mais aux intentions très touchantes et porteuses d’un beau message. On notera aussi l’apparition d’un nouveau personnage féminin, qui sera probablement d’une grande importance dans les prochains tomes, mais plus tardivement dans le volume (et c’est pourquoi je n’en dit pas plus). Enfin, les fans de la première heure risquent de se trémousser d’excitation face au final impossible auquel nous confronte l’auteur ! Vite, vite, la suite !

Bon j’arrête là avec Space Brothers… cette série est vraiment géniale, et je la recommande à tout le monde, sans exception. Encore une fois, plein de jolies métaphores, d’instants d’émotion simples mais intenses, d’humour et de hamburgers qui arrachent ! On fait face à un des meilleurs mangas en cours de parution, à mon sens… et on en a encore pour un bout de temps !

17/20


Voilà tout pour cet article un peu plus long qu’à l’accoutumé ! J’espère quand même que cela vous aura plu !
N’hésitez pas à partager votre avis sur les volumes présentés, et à me dire si, suite à la lecture de cet article, un de ces trois mangas vous intéresse !
À très vite sur le blog (ou ailleurs…) !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s