Découverte manga·Manga·Non classé

DÉCOUVERTE MANGA #30 – STRANGER CASE

Comparé dès son annonce à des titres comme Noragami (lui aussi publié chez Pika), Stranger Case de Kyô Shirodaira et Chashiba Katase partait avec l’assurance de trouver son public. Si cette filiation a des avantages évidents (tant sur le plan artistique que commercial), l’œuvre a tout intérêt à la nuancer, voire progressivement à s’en détacher.

Alors, Stranger Case saura-t-il tirer son épingle du jeu ou s’en tiendra-t-il à son statut d’énième copier/coller?


Fiche Technique

Auteurs: Kyô Shirodaira / Chashiba Katase

Type: Shonen

Genre: Aventure-Fantastique

Éditeur VF: Pika

Nombre de tomes parus: 1 (7 en cours au Japon)
 
Prix: 6,95€

Dans son enfance, Kotoko a été enlevée par des esprits pour devenir la « déesse de la sagesse ». Ces créatures surnaturelles l’ont transformée en un intermédiaire puissant entre le monde des esprits et celui des humains, mais ce pouvoir a eu un prix: un œil et une jambe ! Un jour, elle rencontre Kurô, un jeune homme au cœur brisé, qui semble avoir un étrange effet sur les esprits : ils sont terrifiés à sa simple vue ! Quel est le secret du jeune homme ? Va-t-il pouvoir prêter main-forte à Kotoko face aux esprits maléfiques et l’aider à préserver le monde des humains ?

stranger-case-1-pika

D’entrée de jeu, Stranger Case ne perd pas de temps, introduisant efficacement et en quelques pages les différents protagonistes du récit ainsi que l’univers dans lequel ils évoluent. La narration du titre s’appuie énormément sur les dialogues, assez nombreux, parfois un peu tirés en longueur sans que le rythme pour autant n’en pâtisse. En effet, le premier atout du manga est sans doute son humour, et plus précisément celui de son héroïne, Kotoko. La jeune fille au caractère bien trempé amène une certaine légèreté à une intrigue par certains aspects assez sombre.

Les autres personnages présents dans ce volume (je pense notamment à Kûro, protagoniste masculin et à son ex, Saki, policière) semblent pour le moment assez creux et déjà-vu. Ce reproche peut en fait s’appliquer à beaucoup de choses dans l’œuvre. Si au final les points communs avec Noragami sont assez discutables, les péripéties et révélations paraissent pour la plupart assez convenues. Très classique dans son déroulement, ce volume n’en reste pas moins intéressant sur certains aspects. J’apprécie notamment le traitement de la relation Kûro/Saki (je vous disais plus haut qu’ils n’étaient pas très charismatiques, mais les raisons de leur séparation aboutissent à des éléments majeurs dans le récit).

Stranger-Case-manga-image-001

Puis, soyons honnête, ce premier volume fait clairement office d’introduction. Si l’univers est assez bien délimité, aucun antagoniste réel et durable (du moins pas personnifié) n’est introduit. Certaines idées autour des yôkai sont assez pertinentes, comme le fait de ne pas systématiquement les présenter comme mal intentionnés… à voir comment tout cela se développe, et avec déjà sept volumes au compteur, j’attends du titre dans les prochains volumes qu’il étoffe un peu son récit!

Visuellement, je ne suis pas emballé… une nouvelle fois, le trait manque cruellement d’identité. Très académique, la patte de Chashiba Katase reste claire dans l’action mais, il faut le dire, ne s’essaie à rien de trop audacieux. Le design des yôkai, notamment, est un peu décevant et aurait mérité un travail peut-être plus poussé.

Kyokou-Suiri-Ch-2-v002-Rumors-of-the-Woman-of-Steel-pic-58

Je dirais qu’il faut prendre Stranger Case pour ce qui l’est, à savoir un manga qui s’adresse à un lectorat déjà conquis par des lectures similaires, et qu’il ne faut donc pas trop brusquer. C’est quelque part assez dommage, et si certains éléments n’ouvraient pas sur des choses un peu innovantes, on aurait vite le sentiment d’être devant une œuvre-produit uniquement motivée par l’appât du gain (je le répète, ce n’est pas le cas). En résulte tout de même une réelle fraicheur, et l’on fini par s’attacher assez vite aux péripéties de la jeune fille, que l’on suit sans voir le temps passer.

SakIPolice

Sans se montrer particulèrement novateur pour le moment, le manga de Kyô Shirodaira et Chashiba Katase s’approprie avec efficacité les codes du genre, surfant sur le succès de titres comme Noragami, tout en développant son univers propre, porté par une héroïne au caractère bien trempé et qui ne manque pas d’humour! En espérant que le tout se développe correctement et acquiert peut-être davantage de caractère dans les prochains opus. Une lecture agréable, loin d’être indispensable, mais qui divertira sans mal les adeptes du genre.

14/20


J’ai l’impression d’avoir été très négatif dans cette chronique, alors qu’au final, ce premier tome était plutôt une bonne lecture (en témoigne la note)! Pas grand chose à en dire en revanche… mais je tenais quand même à en parler, puisque je pense qu’il pourrait intéresser certains d’entre vous! Voici d’ailleurs un lien qui vous renverra vers l’extrait gratuit proposé par l’éditeur, histoire de savoir à quoi vous attendre avant de, peut-être, craquer pour cette série.
N’hésitez pas non plus à me communiquer votre ressenti à l’égard de ce volume, ou a me dire si suite à la lecture de cette chronique celui-ci vous fait envie!
À très vite sur le blog (ou ailleurs…)!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s