Dans la mangathèque·Invité.es·Manga·Non classé

RETROSPECTIVE 2017 – RETOUR SUR UNE ANNÉE DE MANGA !

Bonjour à tous et à toutes, je vous souhaite la bienvenue sur le blog à l’occasion de cet article tout particulier. En effet, si j’ai d’abord songé à passer en revue l’année 2017 par moi-même, je me suis vite dit qu’il serait plus intéressant de le faire en compagnie d’amis du milieu! Ainsi, vous est offert aujourd’hui une certaine diversité de points de vue sur cette année riche (le marché est vraiment au bord de la saturation!!) et intense pour tous et toutes! C’est donc avec grand bonheur que j’accueille à mes côtés quatre invités de luxe, à qui je laisse le soin de se présenter!


Kumo
Bonjour, bonsoir, comme vous voulez !

Je suis Kumo, enchanté! Jeune passionné de 19 ans, ancien « chroniqueur » manga et auteur amateur.
Cela faisait bien un moment que je n’avais pas écrit quelques lignes à propos de mes lectures (je m’excuse d’avance pour ma plume peut-être, par conséquent, un peu maladroite). C’est alors qu’on me propose si gentiment d’écrire un petit compte rendu de cette année, et c’est avec plaisir que j’essaye de vous apporter mon ressenti sur cette année.
2017 fut plutôt chargée me concernant, en tous points, et inévitablement, j’ai lu beaucoup de choses (je pense). Surtout des titre plus anciens, mais aussi quelques nouveautés, que je vais m’empresser de vous présenter.

Moka

Bonjour moi c’est Moka, étudiante de 20 ans dans les métiers du livre. Active sur twitter je papote manga, m’amuse à refaire des couvertures de manga, partage mes dessins de vagins et presque chaque jour je parle Gintama, mon manga préféré !! Je suis ravie de participer à cet article, c’est une première alors je vous en souhaite bonne lecture.

 

L’Archiviste

Bonjour !
En temps habituel, je parle surtout de cinéma, sur ma chaîne youtube « L’archiviste du cinéma » : le programme éponyme est consacré à des analyses de films de genre divers, mais toujours liés de près ou de loin au cinéma asiatique. Tout ça avec légèreté, humour et finesse (sauf quand mon assistant prend la parole mais bon, eh, je suis pas responsable). Mais il m’arrive aussi de commenter des nanars, parce que c’est toujours fascinant (et drôle) de regarder des ratages aussi glorieux.
En compagnie de Chris, Alex et Necro, je participe également à deux podcasts : « La guerre des Claps », dont chaque numéro est consacré à un thème différent autour du cinéma ; et « Cases sur table », dédié aux sorties mangas et comics du mois.
N’hésitez pas à me suivre sur twitter, entre deux conneries il m’arrive de dire des trucs intéressants.


Sur ce, entrons dans le vif du sujet! J’ai posé à mes invités 10 questions pour leur permettre de s’exprimer sur leurs lectures des douze derniers mois! J’espère qu’eux et moi pourrons vous donner quelques idées de lecture et vous donner une vue d’ensemble satisfaisante de l’année qui s’achève!


  • Combien de séries dont le premier volume est paru en 2017 vous êtes-vous procurés (one-shots compris) ?

Kumo

Je fais rarement le compte de toutes les séries que je commence, nouvelles ou pas (si bien que ma pile à lire s’agrandit de jour en jour, damned…). Mais à titre indicatif, ce chiffre doit s’élever à, à peine, une quinzaine…

Moka

L’année 2017 aura été pour moi, une année très riche (pas pour mon porte-feuille) en découvertes que ça soit d’anciennes séries ou des nouveautés ! En effet moi qui me tenais à 3-4 sorties par mois, ce chiffre a triplé et ce sont 26 nouvelles séries qui sont venues compléter ma collection et 5 one-shots, qui est un format que j’ai découvert cette année.

Archiviste

13 sans compter les One shot (j’aime répondre à côté): Les fleurs du mal, March comes in like a lion, World War Demon, La petite fille aux allumettes, Flying Witch, L’enfant et le Maudit, Pochi et Kuro, Je voudrais être tué par une lycéenne, My brother, Dresseuses de monstres, Nuisible, Après la pluie, Good morning little briar-rose et Pillowbear. Plus pas mal de tomes 1 dans le cadre du podcast, mais sans que j’ai continué ensuite, par manque de temps ou d’envie.

Patate

91 (ne me jugez pas, je suis faible). Et encore, sans compter les quelques titres qui ne m’ont pas convaincu et que j’ai revendu/donné entre temps. Tout de même beaucoup de one-shots et de séries courtes dans le lot, mais le nombre fait peur !!


  • Vos trois plus gros coups de cœur de 2017 ?

Kumo

Voilà une question difficile pour moi. Dur d’être exhaustif, sachant que je n’ai pas commencé beaucoup de nouveautés. Mais je suis d’abord très ravi de voir le retour de Tsuruta chez nous, avec son magnifique L’île errante, qui est un titre que j’affectionne beaucoup et qui se rapproche du genre de BD que j’apprécie beaucoup lire, car très contemplatif parfois, très serein, poétique, mystérieux, avec ses personnages tous hauts en couleur.
Je ne peux évidemment pas passer à côté de Fossiles de rêves du regretté Satoshi Kon, son recueil d’histoires courtes. Je ne pouvais qu’adorer ce titre, déjà parce qu’il est signé Kon, un de mes auteurs modèles, mais surtout parce que ce format court me parle. Chaque histoire aborde un thème différent, des récits humoristiques, décalés, de l’anticipation un peu premier degré, peut-être un peu simples, mais toujours intéressantes à situer dans la bibliographie de Kon. Un bonheur à lire.
Et comment ne pas citer non plus Les fleurs du mal de Oshimi. C’est très simple : on a ici une œuvre qui s’est beaucoup faite attendre, mais ce fut un plaisir de constater que Aku no hana est une œuvre complète, maîtrisée de bout en bout, parfois dérangeante comme l’auteur sait faire, mais très riche. L’incarnation du spleen existentiel, de personnages piégés par un monde qui ne leur correspond pas, qui veulent s’en libérer. Une vision du monde portée à notre jugement, entre la folie, ou bien simplement l’envie de liberté. Ça paraît si simple, mais cette œuvre dégage une aura particulière, déclenche une attirance malsaine. Une expérience de lecture unique.
Je pourrais aussi ajouter To Your Eternity pour faire plaisir à notre ami Arthur, car c’est, je pense, la meilleur série de Oima pour le moment. Tout ce que ce manga développe a su m’intéresser, me tenir en haleine. La façon qu’a Oima d’aborder la création d’un mythe a su attirer mon attention et a placé ce titre parmi mes séries préférées de 2017, sans l’ombre d’un doute.

Moka

Cette question est la plus difficile pour moi ! Effectivement 2017 c’est l’année des coups de coeur. Pour ceux qui me suivent, vous aurez remarqué mon enthousiasme pour de nombreuses nouveautés. Je pense que suivant le jour, je pourrais donner une réponse différente, mais ce qui est sûr c’est que ma plus belle découverte fut Ghost and Lady de Kazuhiro Fujita aux éditions Ki-oon. Ce conte de fantômes reprenant des faits historiques de l’histoire anglaise, le tout porté par l’excellent duo formé par Grey et l’infirmière au grand coeur, Florence Nightingale, est à mes yeux la meilleure nouveauté de l’année. Ensuite dans un style radicalement différent nous avons Tokyo Alien Bros de Keigo Shinzo chez Le Lézard Noir en 3 tomes, dont 2 sont déjà parus chez nous. Chaque tome est un bol de fraicheur et je prends un plaisir fou à voir l’évolution de nos deux visiteurs extraterrestres qui découvrent notre monde et nos curieuses habitudes. Je ne vous cache pas ma joie à l’annonce de la venue de l’auteur au festival d’Angoulême. Pour la troisième place du podium j’ai choisi March comes in like a lion de Chica Umino aux éditions Kana. Au départ je trouvais la série sympathique avec une multitude de personnages attendrissants, que ça soit les trois soeurs ou Nikaidô, mais au cours de la parution, chaque tome s’est avéré être plus intense en émotions que le précédent. Les deux derniers tomes abordant le harcèlement scolaire et la maladie m’ont touchée comme j’ai rarement pu l’être au cours d’une lecture. Un top 3 avec des oeuvres très différentes que je vous conseille de lire ou d’offrir sous le sapin !

Archiviste

Très dur de faire un choix…Je vais opter pour trois titres qui m’ont à la fois passionné par leur histoire, et dépaysé par leurs graphismes.
L’enfant et le maudit de Nagabe  : une histoire touchante, un rythme posé, des graphismes magnifiques et très personnels et un univers qui arrive à paraître riche tout en restant pour le moment très mystérieux. Un vrai moment de poésie. Et dans ses réactions comme ses mimiques, je trouve la petite fille très naturelle, elle est un gros point de repère au milieu d’un monde dépaysant (et une lueur au milieu des ténèbres, parfois au sens propre, le manga jouant beaucoup sur les noirs de certains personnages et décors, en opposition à cette fillette tout en blanc).
Nuisible, de Yû Satomi (dessins) et Masaya Hokazono (scénario) : Manga horrifique en trois tomes, aux ambiances très différentes : le premier installe doucement sa menace, le deuxième m’a rappelé les ambiances de films de J-horror comme ceux de Kurosawa, et le dernier verse dans le grand spectacle, toujours avec autant de maîtrise. Les dessins à l’aspect presque crayonnés sont magnifiques, et arrivent à faire vivre et « grouiller » les nuées d’insectes qui parsèment l’oeuvre.
La petite fille aux allumettes de Sanami Suzuki, parce que l’univers graphique de la mangaka me fascine, que ce soient ces personnages aux proportions un peu étranges, ou la forte présence de formes géométriques et de « damiers » dans ses décors (qui se déforment souvent pour renforcer les ambiances que la mangaka veut installer). Et, au travers de ces petits contes, Suzuki parvient à traiter de morale et de psychologie au sens large, de façon amusante et souvent loin d’être trop simpliste ou convenue. Sa précédente série, Black rock shooter innocent soul, est d’ailleurs tout aussi bonne (et rééditée il y a quelques mois. Chez Panini, alors dépêchez vous avant que ça soit en rupture de stocks)
Et même si je n’ai pas encore pu le lire, je suis aussi très heureux que Card Captor Sakura ait repris. Parce que j’ai une petite fille cachée au fond de ma cave mon cœur.

Patate

La deuxième partie de mon top 2017 sortira mercredi !


  • Selon vous, quelle fut la meilleure fin de série de 2017 ?

Kumo

J’évoquais précédemment les qualités de Aku no hana, d’Oshimi, et c’est sans surprise que je place Dans l’intimité de Marie parmi mes fins de série préférées. Même si la conclusion me semblait évidente une fois arrivé à quelques tomes du dénouement, c’est la justesse de celle-ci qui m’a surprise. Oshimi a su écrire une fin très intimiste, peu bavarde, qui ne va pas de révélation en révélation de manière trop surfaite, qui sert justement son propos, sur ce qui fait partie de notre identité, de la frontière fragile de ce qui est Moi. Un titre qui nous fait réfléchir sans trop de mal, et qui justifie un rapport au corps qui n’est jamais gratuit, parfois malsain, sensuel, peut-être cruel.

Moka

Énormément de nouvelles séries cette année mais très peu qui se sont terminées pour ma part. Cependant il y a une série que j’ai pu découvrir à Noël dernier, Dans l’intimité de Marie aux éditions Akata. Première oeuvre que j’ai découverte de Shûzo Oshimi, celle-ci m’a profondément marquée. La conclusion de la série ma foi un peu attendu reste néanmoins excellente et aborde la quête de l’identité et l’adolescence avec brio ! J’ai hâte de janvier et de me procurer Happiness chez Pika !

Archiviste

La seule série de plus de trois tomes qui se soit terminée cette année pour moi est Dans l’intimité de Marie de Shuzo Oshimi. Et j’ai trouvé la fin en deça du reste du manga. Donc je passe.
(Je n’ai pas encore lu le dernier tome de Pochi et Kuro)

Patate

Eh bien moi aussi, comme mes compères je vais parler de Dans l’intimité de Marie. Intéressant de voir que ce titre n’a laissé aucun de mes invités insensibles! Et contrairement à l’archiviste (et comme Moka et Kumo), j’ai trouvé cette fin incroyable. Un de mes mangas préférés, à la conclusion parfaite (on ne pouvait pas imaginer mieux). Sinon, celle de Billy Bat était bien aussi (largement en dessous du niveau global de la série, mais je me dis parfois que beaucoup mangas de l’auteur ne sont pas faits pour s’achever…).


  • Quelle a été votre plus grosse déception ?

Kumo

Je n’ai pas été particulièrement déçu par quelconque lecture cette année. J’essaye souvent d’apprécier ce que je lis, ou alors je sélectionne beaucoup.

Moka

Année coup de coeur et pas vraiment de déception cette année, seulement des titres qui ne m’ont pas enthousiasmée, comme Tue-moi plutôt sous un cerisier, one-shot de la rentrée de chez Akata. Je n’ai pas saisi ce que l’auteure a voulu nous transmettre.

Archiviste

Fire Punch. Ce n’est pas ce que j’ai lu de pire dans l’année (merci Monster Musume et Wonder Rabbit Girl. Je ne vous oublierai jamais.), mais au vu de tout le bien que j’en ai entendu, c’est clairement la plus décevante. Je n’ai d’ailleurs pour le moment lu que le premier tome, même s’il faudra bien que je jette un oeil à la suite à l’occasion, pour voir comment ça évolue. Scénaristiquement, je trouve le tout assez bancal : le premier chapître est beaucoup trop rapide, au point que la perte du héros (celle de ses parents, puis de sa soeur et de tout son village) n’a aucun impact, on n’a pas assez eu le temps d’apprécier son quotidien pour que son écroulement marque. Et par la suite, beaucoup de choses sont amenées beaucoup trop rapidement, les nouveaux personnages apparaissent trop vite, on n’a jamais le temps de s’attacher à eux. Sans compter qu’ils sont, pour la plupart, assez antipathiques : le protagoniste est froid et distant suite aux drames qu’il a affrontés, Sun est vite lassant par sa naïveté à la limite de l’idiotie…Et le tome se termine sur l’arrivée de Togata, dans une sorte d’épilogue lourdaux et difficilement connecté au reste de l’intrigue et qui ne sert clairement qu’à vendre le prochain tome (un peu façon scène post-générique de Marvel dans ce qu’elles ont produit de moins subtil). Et surtout, j’ai eu l’impression pendant tout le tome que l’auteur voulait me rappeler à chaque page à quel point son manga était sombre et mature, à travers une succession d’actes et/ou de remarques destinées à choquer le lecteur, sans forcément avoir le moindre intérêt : par exemple, pourquoi insiste-t-on autant sur le fait que la soeur d’Agni a un pouvoir de régénération, mais plus lent que celui de son frère ? Puisque cela n’apporte rien à l’intrigue (elle meurt dès le premier chapitre), j’imagine que c’est juste pour insister sur le fait qu’elle a souffert longtemps avant de succomber aux flammes. Et c’est un peu comme ça tout le temps, on essaie de frapper le lecteur à grands coups de tortures, humiliations, allusions incestueuses ou zoophiles…au point que ça en devient plus ridicule qu’autre chose. C’est sans subtilité, sans impact à force d’accumulation, et on est pas bien loin de l’état d’esprit Saw: faire étalage de violence pour appâter le chaland. J’admet cependant que c’est très beau, mais ça n’a pas suffit à rendre ma lecture plus agréable pour autant. Mais bon, peut-être que la suite me donnera tort, quand je me pencherai dessus…

Patate

Je ne grille pas mes cartouches inutilement! Vous retrouverez mon flop 2017 sur le blog le week-end prochain. Mais dans une certaine mesure, les premiers volumes de Fire Force et World War Demons m’ont assez déçu, même si ces titres se rattrapent par la suite. Il y a aussi des mangas dont la première lecture du premier tome m’avait déplu, mais qui furent bien plus agréables au cours des relectures. C’est le cas de Fire Punch et du 3e Gédéon!


  • Quel manga paru en 2017 mériterait, selon vous, plus de visibilité ?

Kumo

Je n’ai lu que des belles choses (ou presque), donc aucun en particulier !

Moka

Je souhaite offrir un gros coup de projecteur à une série qui n’est pas complètement passée inaperçue, en tout cas pas sur mon fil d’actualité twitter, mais qui mérite vraiment qu’on s’y intéresse: c’est Jumping de Tsuitsui Asahi chez Akata ! Pour mes abonnés vous savez probablement déjà que cette série a été un choc pour moi, car je me retrouvais énormément dans le personnage principal de Ran et dans son parcours scolaire difficile. Ses peurs faisaient écho à un passé pas si lointain, mais au-delà de ça, Jumping c’est un manga qui fait du bien, avec des sentiments humains qui peuvent toucher une multitude de personnes, qu’on n’aime l’équitation ou non ! La raison pour laquelle j’ai choisi ce titre ici, c’est que Akata a sorti de nombreuses séries cette année qui ont connu plus de « publicité » comme Good Morning, Little Briar-Rose ou Moving Forward, alors je voulais redonner un peu de lumière à cet excellent manga dont je suis impatiente de découvrir la conclusion le mois prochain !!

Archiviste

Le one shot Cavale vers les étoiles de Ryôma Nomura, petit récit SF en forme de course poursuite : c’est rythmé, beau, avec deux héroïnes très attachantes, et dont la fin inattendue me touche encore. Et pas mal de pistes et de détails sont donnés sur l’univers, ce qui le rend assez riche malgré la brièveté du titre.
Les deux tomes de My brother de Rize Shinba, shojo très touchant qui traite plutôt subtilement du complexe d’infériorité d’une ado face à son grand frère, et de sa première histoire d’amour.
Et Dresseuses de monstres de Mujirushi Shimazaki : ça ne fait que deux tomes, c’est tout mignon, tout simple et très épuré. Hélas on sent que ça aurait pu durer plus longtemps, mais c’est semble-t-il aussi passé inaperçu au Japon.

Patate

Je vous renvoie vers mes tops de l’année !


  • À votre avis, quelle maison d’édition a, cette année, fourni le meilleur travail ?

Kumo

Je suis un inconditionnel de Casterman, les gens qui me connaissent doivent sans doute le savoir. Cependant, cette année, c’est avec entre Pika et Ki-oon que je partagerai le gain. Leurs deux collections Graphics et Latitudes m’ont bien servi cette année, notamment avec le retour de Tsuruta chez Ki-oon dont j’ai déjà parlé plus haut, mais surtout tout ce que nous a servi Pika. Des titres de Kon, d’autres œuvres atypiques aussi, que je n’ai pas pu lire encore, malheureusement. Mais je suis plus que content de voir un éditeur prendre ces risques, surtout sur du format aussi bien travaillé.

Moka

Je le répète souvent mais oui: « Akata prenez mes sous !! ». Vous l’aurez compris Akata est mon éditeur favori ! Cette année ce sont 11 séries sur 31 achetées qui proviennent de cet éditeur, ce qui est assez représentatif de mon engouement pour leur travail et leurs parutions. À chaque nouvelle annonce je suis comme une petite folle car je sais que je suis rarement déçue avec eux. Je suis déjà conquise par les séries annoncés pour 2018 ! Que ça soit la collection principale avec des titres comme Les Nuits d’Aksehir ou La fillette au drapeau blanc, ou la collection WTF?! que j’ai découverte cette année notamment grâce à Magical Girl Boy, Akata me (et nous) régale !

Archiviste

Dur à dire, je ne fais pas forcément toujours attention aux éditeurs. Je suis cependant rarement déçu des mangas publiés par Akata ou Ki-oon, et leur travail éditorial est souvent de très bonne qualité (d’ailleurs il n’est pas dans mon top 3, mais World War Demons dépote).

Patate

Question difficile… mettant de côté mes maisons de cœur (Kana, Le Lézard Noir et Casterman), je vais dire Pika. Je trouve que cette année, ils ont sorti de très bonnes choses (à commencer par To Your Eternity, bien sûr, mais pas que). Alors certes, niveau qualité d’édition, c’est pas toujours au top. Mais la traduction est superbe, et leur collection Graphic, qui a bien grandie en 2017, regorge de pépites. En plus, ils offrent fréquemment des goodies, et font pas mal d’édition collector, ce que j’aime bien. Je pense qu’ils camperont aussi dans mes coups de cœur pour 2017, étant donné qu’ils ont déjà annoncé Happiness, le nouveau manga d’un de mes mangaka favoris, et L’Atelier des sorciers, un énorme coup de cœur (et bien sûr, d’autres titres, qui ont, pour beaucoup, l’air super!). Akata a aussi fait un job pas mal, comme tous les ans !


  • Pour vous, quelle ont été la meilleure et la pire édition de l’année ?

Kumo

Alors là… je vais me répéter, mais je trouve que les collections Graphics et Latitudes sont top.

Moka

Je n’ai pas trouvé en soi de mauvaise édition même si j’ai un gros soucis avec la typographie des titres en général. Par pitié faite des choses simples ! Pas besoin d’éléments graphiques dans les titres !!! Cependant j’ai un petit coup de gueule envers Kana. En effet il y a un énorme soucis au niveau de l’imprimeur ! Je ne compte plus les fois où j’ai vu des tomes de Après la pluie avec des chapitres en double ou le noir qui bave et efface le texte. Ce n’est pas la faute directe de l’éditeur (en plus c’est une perte d’argent) mais c’est rageant.
Meilleure édition, c’est pareil dans mes achats du moins je n’ai rien de fou mais j’aime tout particulièrement celle de Ghost and Lady, ce style un peu grimoire, vieille ouvrage… Il manque juste l’odeur pour croire à un vieux conte du grenier de ma grand-mère !

Archiviste

« Meilleure édition » : le très beau travail sur les couvertures des Fleurs du mal me fait de l’œil, mais je vais voter pour La femme serpent de Umezu au Lézard Noir, et l’intégrale Lady Snowblood de Kana, pour la qualité des textes proposés en complément des mangas.
« Pire édition » : je n’aime pas taper sur l’ambulance, mais bon puisqu’on me le demande, et que l’ambulance le cherche un peu… pas mal d’éditions de Panini me dépriment. Entre la qualité du papier, le design des couvertures… Elles respirent un peu la tristesse. Pour n’en choisir qu’une, disons Les rôdeurs de la nuit. Entre l’aspect des bouquins et l’absence presque total de comm autour, ça ne donne pas du tout envie de découvrir la série.

Patate

Pour la meilleure, j’hésite quand même franchement à dire Rain Man (juste parce que c’est trop beau de réparer des ambulances). Mais je vais tout de même rester sur Les Enfants de l’araignée. Et je suis assez d’accord avec L’archiviste, l’édition de Lady Snowblood, parue en août, ne paye pas de mine, mais réussir à faire un livre aussi énorme que l’on puisse ouvrir entièrement sans avoir peur d’en casser le dos… ça m’a surpris, dans le (très) bon sens du terme! Puis la couverture…
Pour la pire, rien de franchement scandaleux, mais les deluxes de Delcourt/Tonkam qui ne sont que des volumes double vendus à un prix excessif, ça gave un peu. Puis je suis d’accord avec Moka: Kana, changez d’imprimeur !!


  • Quel coup de cœur manga, dont le début de la publication date d’avant 2017, avez-vous découvert cette année ?

Kumo

Je vais dire Ranma 1/2 (mais si, ça compte!) avec la réédition de Glénat. Je ne connaissais cette série que de nom, et grâce à la série animée, mais je ne m’étais jamais intéressé de plus près à l’histoire. Voilà que fut l’opportunité de découvrir ce titre. Et j’en ai été plus que conquis ! Ranma 1/2 a ce je-ne-sais-quoi qu’ont beaucoup de vieux titres de ces années là : des histoire très premier degré, parfois absurdes, décalées, avec des personnages tous attachants. Ce fut une réelle découverte pour moi, de lire ce genre de manga old-school, qui a bien évidemment vieilli, et qui contraste beaucoup avec des séries plus récentes.

Moka

Cette année, en dehors des nouveautés, je me suis laissée un peu aller aussi au niveau des anciennes parutions, et dans le lot, il y a Kids on the Slope de l’adorable Kodama Yuki, chez Kazé. Ce fut une énorme claque, que ça soit pour l’atmosphère des années 60, le Jazz, les amours ou l’amitié entre Kaoru et Sentarô (qui est sans aucun doute la plus belle que j’ai pu lire) ! Lors de ma lecture du tome 9 j’ai pleuré tout le long !! Ce n’est pas à cause du scénario en soi, mais j’ai trouvé l’histoire tellement belle, les sentiments si forts… et le fait de savoir qu’il me restait que quelques instants avec eux m’a achevé. C’est un énorme coup de coeur qui est rentré directement dans mon top de mes mangas favoris !! Alors quand je vois l’intégrale à 35 euros sur Black Box, faites-moi le plaisir de foncer vous l’acheter !

Archiviste

Life, de Keiko Suenobu. Je voulais le lire depuis que j’ai regardé le drama qui en a été tiré (et qui est excellent, ce qui est assez rare pour être signalé). Et c’est en effet un manga magnifique, au récit parfois très dur mais toujours maîtrisé et traité avec une certaine sobriété, et plein de trouvailles graphiques assez inattendues un peu partout.
Dans un tout autre style, Negima de Ken Akamatsu me fait bien rire. Le trait de l’auteur s’améliore au fil de la série, et il gère très bien un cast pourtant conséquent, en donnant un caractère simple mais identifiable à tous ses persos. Je n’ai cependant pas encore fini de lire celle ci !
Et merci aux amis qui m’ont permis de découvrir ces deux titres, du coup.

Patate

Je ne fais pas partie de la foule de nouveaux fans de Kids on the Slope, bien malgré moi (il faut vraiment que je me chope cette intégrale avant qu’elle ne devienne introuvable!) J’ai en revanche commandé l’intégrale de Life, que je lirai donc bientôt! Je vais donc répondre L’Attaque des titans, Gunslinger Girl et Space Brothers, mais j’ai lu tellement de choses magnifiques cette année… Mention spéciale à L’Infirmerie après les cours, Moyasimon, Princess Jellyfish, et sûrement beaucoup d’autres que j’oublie, en fait haha !


  • Avez-vous déjà repéré des titres pour 2018 ?

Le gars qui ferait bien de reprendre sa chaine youtube

2017 est vraiment passée vite en ce qui me concerne, je n’ai pas eu le temps de souffler que c’était déjà la fin de l’année. Il y a déjà eu beaucoup d’annonces faites sur des titres à paraître en 2018, que j’attends beaucoup, comme la suite des titres de Tsuruta (encore) chez Ki-oon, avec Souvenirs d’Emanon. J’espère aussi voir plus de Satoshi Kon chez Pika, car lire du Kon, même le relire, est toujours un plaisir et une expérience particulière. Il me tarde également de lire la suite de DDDD (Dead Dead demon’s dededededestruction) d’Asano, une série qui commence déjà à me manquer tant le rythme de parution est lent (quelques relectures n’y ont rien pu faire…), mais également quelques titres qui ont déjà été annoncés : Happiness, entre autres, qui me hype tout particulièrement.
De manière générale, je n’attends qu’à être surpris par ce que les éditeurs peuvent parfois nous dévoiler, et j’attends de 2018 quelques surprises comme j’ai déjà pu en avoir cette année.

La fan-girl de Gintama

Après une riche année, j’espère que 2018 va continuer sur cette lancée, mais vu la multitude de titres déjà annoncés je n’en doute pas. Dès janvier c’est déjà Happiness, Souvenirs d’Emanon et quelques boy’s love qui vont rejoindre ma bibliothèque !! J’ose espérer l’annonce de Tsubaki chou lonely planet par l’auteure de Daytime Shooting Stars, ou encore Reiraku de Inio Asano.

Le monsieur qui parle de films

J’ai hâte de découvrir Happiness d’Oshimi, et avec un peu de chance Reiraku d’Inio Asano ; voire même, soyons fous, Noise de Tetsuya Tsutsui (mais bon ça ne commence que ce mois ci au Japon…). Et je suis aussi curieux de savoir ce que feront désormais Sanami Suzuki, Shimazaki Mujirushi, et Yû Satomi, au vu de comment elles m’ont impressionné cette année ! (encore faut-il que ça arrive jusqu’à nous).

Un beau gosse

Encore une fois, nous avons tous des attentes assez similaires! Je ne dirai rien quant au titres dont la sortie a déjà été annoncée (mes attentes mensuelles sont pas là pour faire joli!). En revanche, dans un cadre purement spéculatif, j’espère à la folie, comme Moka et l’archiviste, la parution de Reiraku! Aussi le retour d’auteur(e)s que j’adore…


  • 2017 fut incontestablement une année riche en rééditions. Si cette dynamique se continue, quelles séries déjà parues en France aimeriez-vous retrouver dans de nouvelles éditions ?

Le gars qui fait des BD cool

C’est vrai que nous avons eu beaucoup de rééditions cette année. Entre les Akira (qu’on attend encore), Ranma 1/2, du Satoshi Kon… On avait de quoi être servi ! Pour notre plus grand plaisir, mais j’espère que ça ne deviendra pas une sorte de tendance à l’avenir. L’arrivée de nouveaux titres est toujours bienvenue, et même si voir certains titres jusque là inaccessibles revenir dans les étagères de nos libraires fait plaisir, une part de l’aura de ces séries réside aussi dans leur inaccessibilité. Exception faite pour les rééditions de titres encore bien présents aujourd’hui (je parlais d’Akira plus tôt). Personnellement, je n’ai pas d’attente particulière, je préfère me laisser surprendre de voir un vieux titre réapparaître, ou alors de le trouver par chance dans quelconque vide grenier ou magasin d’occasion. Bien que j’attende la suite d’Akira pour me lancer dans l’œuvre non massacrée par l’édition trop « occidentale » qu’est la première.

La fille qui dessine des vagins

Pour les années à venir, j’espère la réimpression de titre chez Kazé. En effet, cette année j’ai découvert le travail de Mizu Sahara à travers  du Chant des souliers rouges, alors j’ose espérer une réimpression de My Girl qui me tente énormément vu mon amour pour les séries sur la parentalité. Et en deuxième, je rejoins mon coéquipier Haru pour la réimpression de Moonlight Act, car après avoir découvert Fujita via Ghost and Lady et Springald: j’en veux plus !!!

Le monsieur qui n’aime pas Fire Punch (il a TORT)

Je pense que les chances que Gunslinger Girl de Yû Aida soit réédité sont relativement faibles, donc on ne peut pas dire que j’ai de l’espoir, et pourtant j’aimerai pouvoir le lire sans avoir à hypothéquer l’ensemble des propriétés foncières de ma famille.
J’ai par contre de l’espoir concernant Reiko the Zombie Shop de Rei Mikamura : au vu du succès de Bloody Delinquent Girl Chainsaw, un éditeur pourrait avoir la bonne idée de ressortir sa précédente série, qui a l’air tout aussi cool.

Un beau gosse (qui est beau)

J’ai entendu parler de plusieurs projets autour de rééditions des œuvres de Tezuka, chez divers éditeurs. J’espère que cela se concrétisera! Sinon, j’attends l’édition deluxe de Solanin chez Kana, et suis curieux de découvrir si Delcourt/Tonkam ressortira des placards d’autres classiques de leurs catalogues, comme ils l’ont fait pour Gantz et Fruit Basket (après, ces deux rééditions accompagnent des spin-off… mais bon, on verra bien!)


Et voilà, nous sommes au bout de la liste!
Je remercie du fond du cœur mes quatre invités d’avoir répondu présent !
Si vous ne la connaissez pas, allez voir la chaine youtube de Kumo (inactive aujourd’hui, mais plein de contenu intéressant!). Allez aussi lire sa dernière BD en date (sa première publiée, si je ne m’abuse): Le Gardien (c’est gratuit, et visuellement bourré d’idées au top!).
Vous pouvez vous abonner au twitter haut en couleur de Moka! Elle y partage, entre autres, ses lectures, et est ouverte pour en discuter!
Enfin, allez ABSOLUMENT découvrir la chaine de l’archiviste! Une chaine qui parle cinéma et conjugue des analyses de qualité et un présentateur qui ne trempe pas dans des affaires de viol (ce qui semble être assez rare pour être souligné…). Plus sérieusement, et notamment si vous vous intéressez à la culture asiatique dans son ensemble, je pense que vous apprécierez le travail du bonhomme.


Voilà qui conclu l’article le plus long jamais publié sur le blog à ce jour!
Je ne sais pas si vous serez nombreux à l’avoir lu dans son entièreté, mais je vous remercie d’avoir prêté attention à ce travail collectif qui je pense nous tenait tous à cœur!
À très vite sur le blog (ou ailleurs…)!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s