Découverte manga·Manga·Non classé

DÉCOUVERTE MANGA #27 – BATMAN & JUSTICE LEAGUE

Croiser les univers comics et manga, c’est le concept à la mode depuis quelques temps. Si c’est une idée qui peut s’avérer interessante, il est nécessaire que chaque titre réussisse  à se démarquer du précédent, à apporter quelque saveur nouvelle à ce genre balbutiant. Dans Batman & Justice League, ce sont les figures emblématiques de DC qui viennent s’animer sous la plume de Shiori Teshirogi (à qui l’on doit, entre autres, Saint Seiya – The Lost Canvas et The Lost Canvas Chronicle).

Si ce n’est pas la première fois que l’univers du chevalier noir est adapté à la sauce nippone, les précédents essais étaient loin d’être concluants (on préfèrera vite oublier Batman – L’Enfant des rêves). Un pari osé, donc, mais auquel l’éditeur francophone semble croire. Rappelons que Kana appartient au groupe Dargaud, maison-mère, par ailleurs, des éditions Urban Comics, qui sont en charge de la traduction francophone des licences DC. C’est donc en avant-première mondiale (si je ne m’abuse) que nous est parvenu le tome 1 de Batman & Justice League, une arrivée qui s’est faite en grande pompe pour un titre qui en vaut la peine?


Fiche Technique

Auteure: Shiori Teshirogi

Type: Seinen

Genre: Suspense-Fantastique

Éditeur VF: Kana

Nombre de tomes parus: 1 (1 en cours au Japon)

Prix: 7,45€

Gotham City est la ville avec le plus haut taux de criminalité du pays. Cela n’empêche pas Rui, un jeune japonais, de s’y rendre dans l’espoir de retrouver ses parents disparus.
Mais à peine arrivé, il est attaqué par un policier devenu complètement fou. Malgré son talent pour le combat, Rui ne s’en serait pas sorti sans l’intervention de Batman.
Le Chevalier Noir le met en garde… La ville est trop dangereuse pour lui… Sans compter que celui qui tire les fi celles n’est autre que le Joker !
Batman devra se faire aider pour faire revenir la paix sur Gotham City…

batman-justice-league-1-kana

Déjà, sachez que si j’ai déjà lu quelques comics Batman, je reste un relatif néophyte de l’univers. Je connais bien sûr, au moins vaguement, les personnages, leurs relations, et les principaux récits du chevalier noir, mais ne me présente aucunement comme un expert de ceux-ci. De même, le travail de Shiori Teshirogi m’est tout à fait inconnu, je partais donc assez exempt de préjugé, négatif comme positif, concertant Batman & Justice League.

Et… je dois dire que je ressors assez déçu de cette lecture, malheureusement. Je trouve en effet que l’ambiance globale du titre ne colle pas du tout à l’univers du héros. Tout m’a paru aseptisé, c’en été presque absurde par instants. Déjà visuellement. Si les décors et arrière-plans sont très travaillés, détaillés, ce qui facilite, il est vrai, l’immersion dans le titre; le design des personnages, quant à lui m’a vraiment dérangé. En effet, héros comme vilains, tous ont des gueules de nourrissons, et c’est vraiment perturbant (surtout pour ce qui est de Superman… une tête de bébé sur un corps ultra-musclé, ça passe assez mal).

Les personnages, par ailleurs, sont assez mal construits je trouve. À commencer par le protagoniste inédit à la série, Rui, dont la seule particularité est, à priori, d’être japonais (les lecteurs nippons avaient vraiment besoin d’un rappel à leurs origines pour apprécier l’histoire?). En plus, il pratique les arts martiaux… on a vu plus fin (petit détail assez rigolo, son « équipement de combat » rappelle fortement celui des membres du bataillon d’exploration de L’Attaque des titans!!). Puisqu’on en est là, je me permets de souligner quelques premiers soucis de construction du récit: on apprend dès le premier chapitre que Rui se rend à Gotham pour retrouver ses parents, présumés morts dans « l’explosion » d’une usine (ou quelque chose dans ce goût). Et le soucis… c’est qu’il ne dispose apparemment d’aucun élément lui permettant de déduire que ses parents sont toujours en vie! On pourrait croire qu’il agit sous le choc, mais l’incident remonte assez, et lui ne semble pas du tout traumatisé, et tout le volume durant, reste très pragmatique, même face aux situations les plus insolites. Il dit par la suite vouloir s’assurer de la cause accidentelle de leur décès… mais encore une fois, quelle raison a-t-il d’en douter? Et puis il y a quelque chose d’assez aberrant et énorme: Rui dit lui-même ne pas du tout maitriser l’américain… ALORS POURQUOI DISCUTE-IL AVEC LES AUTRES PERSONNAGES COMME SI DE RIEN N’ÉTAIT? Ça m’a rendu fou! Surtout que ce paradoxe était si facilement évitable! Il suffisait de dire que le personnage maitrisait la langue et point!

Aussi, dès son amorce, le récit apparait très, très bancal, ce qui ne fait que se confirmer par la suite.

Batman, et de manière générale tous les personnages de l’univers DC qui nous apparaissent dans ce premier volet sont terriblement lissés: on a l’impression que l’auteure cible un public très jeune (alors qu’elle publie dans un magazine seinen… celui-là même où parait Dead Tube!!!). La relation Batman/Joker est manichéenne au possible, avec un méchant « très méchant et très foufou » et un gentil « très gentil et très juste »… c’est d’un banal rarement vu, bien moins réfléchi que dans d’autres histoires du héros.

Au-delà, l’histoire ne tient pas en place. Je pense que la mangaka a voulu parcourir le plus d’éléments possible de l’univers, pour satisfaire au mieux les fans, ce qui au final alourdit vraiment l’intrigue et met à mal sa cohérence. Trop d’éléments sont introduits en si peu de pages, trop de personnages, surtout… (dans le sens où ils sont mentionnés sans que cela n’ait de réel interêt, c’est du pur fan service – ce n’est pas un soucis en soi… il faut juste que ça soit bien fait!).

Aussi, l’intrigue m’a parue cousue de fil blanc, tout semble bien trop facile. Par exemple, et sans trop spoiler, à un moment donné, Rui exprime à Gordon le souhait de rencontrer Bruce Wayne, et celui-ci accepte sans hésiter, sans même lui demander pourquoi… plein de petites choses comme ça, qui m’ont un peu énervées!

L’ajout d’éléments fantastiques pas forcément intéressants et en accord avec l’univers (puisqu’encore une fois, ça fait très « japonais »), les Ley Lines, alourdit une nouvelle fois un récit qui peinait déjà à décoller et à convaincre pleinement le lecteur. Dommage.

Batman-and-the-Justice-League

Bon il y a tout de même quelques éléments intéressants dans ce premier volume! Déjà visuellement, le trait de l’auteure ne manque pas de dynamisme et les scènes de combat sont plutôt très bien mises en scène. Et au niveau de l’histoire, j’ai apprécié les quelques références à des éléments de récits déjà existants et bien connus des fans (la mort de Robin par exemple…). Shiori Teshirogi semble s’appliquer à être au plus proche de l’univers du chevalier noir, du moins pour ce qui est des éléments concrets, puisqu’au niveau de l’ambiance, comme vu plus haut, c’est autre chose…

L’édition proposée par Kana est tout à fait convenable, la traduction efficace, et on sent un réel effort quant à la promotion du titre (du coup je suis d’autant plus dégoûté de ne pas avoir adhéré…).


En somme, ce premier volume de Batman & Justice League peine à convaincre de son interêt véritable. S’il se montre relativement divertissant par instants, le manga offre aux lecteurs une introduction très brouillonne, survolée, et ne semble pas prétendre à dépasser le statut d’œuvre-hommage. Un titre qui ravira peut-être les fans de l’univers DC, mais souffre pour le moment d’un manque alarmant de finesse. En espérant que cela aille en s’améliorant, puisque la série semble partie pour durer un petit moment: rien n’est perdu.

10,5/20


Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui…
Je présente mes excuses aux éditions Kana et à l’auteure, mais pour moi, ça ne l’a pas fait…
En revanche, tout cela est peut-être très subjectif! J’ai vu passer beaucoup de bonnes critiques qui peut-être pourront mettre en lumière de meilleurs aspects du titre! Et si vous êtes toutefois tenté et que vous voulez vous faire une idée avant de vous décider à craquer pour ce premier volet, je vous mets ici le lien vers l’extrait gratuit proposé par l’éditeur!
Quant à moi, je vous retrouve très vite pour, je l’espère, vous donner mon avis sur une lecture qui aura été meilleure!
À très vite sur le blog (ou ailleurs…)!

batmanjusticeleague-660x330-1506335168

Publicités

2 commentaires sur “DÉCOUVERTE MANGA #27 – BATMAN & JUSTICE LEAGUE

  1. Quand je l’ai vu en librairie ça m’a quand même beaucoup intriguée parce que j’aime beaucoup Batman… Et puis je l’ai feuilleté… Et ouais clairement, le chara-design rend très bizarre et surtout pour Superman en effet :/
    Je suis pas vraiment surprise par tous ces détails négatifs que tu donnes parce que je l’imaginais comme ça. Je suis pas restée intriguée très longtemps, haha.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s