Découverte manga·Manga·Non classé

DÉCOUVERTE MANGA #26 – SANGREAL

Bonjour à tous et à toutes! Comme promis, aujourd’hui, je vous parle de Sangreal, un seinen historique déroutant paru le mois dernier chez Kana!


Fiche Technique

Auteure: Maru Terayama

Type: Seinen

Genre: Historique-Suspense

Éditeur VF: Kana

Nombre de tomes parus: 1 (fini en 3 au Japon)

Prix: 7,45€ (5,95€ pour le premier volume)

Au Moyen Âge, la princesse An du royaume d’Arabera porte sur ses épaules un lourd secret et désire plus que tout s’en délester… Au beau milieu de luttes sanglantes pour la succession au trône, An fait la rencontre de Circé, une tireuse de cartes de tarot, qui vit dans un quartier pauvre. À la cour qui fourmille d’ennemis, An et Circé vont tenter d’écarter le rideau du destin afin d’accéder à la « voie royale ».

sangreal-1-kana-2

Loin d’être grand amateur de titres historico-politiques (je reconnais toutes les qualités du monde aux Princesse Vagabonde, Altaïr et autres mangas du genre, qui toutefois m’ennuient plus qu’ils ne le devraient), Sangreal, dès son annonce, avait su retenir mon attention, sans doute grâce à sa couverture ravissante et à son intrigue relativement condensée (3 tomes), c’est juste ce qu’il me faut, au-delà je me lasserais peut-être pour les raisons vues plus tôt). Je me suis donc laissé tenté, et la surprise fut bonne, puisque ce premier volume se révèle bien plus convaincant que je ne l’attendais! Je n’ai pas vu passer ma lecture… et attend avec impatience le prochain, qui arrive en décembre!

Ce qui fait, peut-être, que je n’ai eu aucune difficulté à apprécier pleinement ce premier volet, c’est que si l’intrigue prend en effet place au sein d’une famille déchirée par le conflit politique et la lutte pour le trône, l’auteure fait le choix de se concentrer uniquement sur le parcours d’An et son ressenti face aux événements. Ainsi, dans ce premier volume du moins, la politique passe au second plan, et l’on est confrontés à une lutte pour la survie et la reconnaissance, prenante et bien ficelée, centrée sur un duo de protagonistes marquées et intrigantes…

ob_652eb4_capturel

Il y a d’abord la princesse An, jusqu’alors écartée des affaires royales, et qui décide d’entrer dans la guerre pour le trône. Dès le premier chapitre est révélé un secret de taille concernant son identité, secret que l’éditeur a choisi de ne pas dévoiler dans son synopsis, et que donc, moi-même, je ne vous délivrerai pas (lisez le manga pour le découvrir!). J’ai aimé ce personnage, profondément humain et valeureux. J’ai cru comprendre que ses faiblesses avaient pu en déranger certains, je les ai trouvées très touchantes et cohérente avec son éducation. On parle quand même d’une princesse, élevée dans le luxe et l’insouciance, qui se retrouve soudain confrontée à de sombres complots, et s’engage dans une voie masculine qui lui était jusqu’alors inconnue et interdite (ce que ses opposants voient évidemment d’un très mauvais œil…).
Circé, la tireuse de carte, deviendra vite une alliée de taille pour la princesse. Mystérieuse et stratège émérite, la jeune femme reste encore à la fin de cet opus voilée de mystère, et il me tarde d’en apprendre plus sur elle par la suite!

Le titre, qui sur ses débuts peut paraitre assez froid, se révèle par instant très émouvant, notamment grâce au personnage d’An.

ob_fdc139_captureh

Passons à une autre force majeure du manga, et peut-être la plus évidente aux yeux de certains: les visuels de l’auteure sont somptueux. Détaillé, texturé et immersif, son trait sied parfaitement à l’univers médiéval qui sert de cadre à son récit. On sent un véritable travail au niveau des architectures et tenues d’époque. Mais là où la mangaka m’a vraiment impressionné, c’est au niveau du design de ses personnages, et en particulier des émotions qu’elle parvient à imprimer sur leur visage, notamment la rage. Par le biais d’une déformation faciale travaillé, elle installe en un rien de temps une tension quasi-horrifique quand la foule se fait menaçante vis-à-vis de la princesse…
Aussi, du découpage au choix des angles de vue: rien n’est laissé au hasard. Le visuel est utilisé comme vecteur d’émotion et d’information et participe grandement à l’implication du lecteur et au ressenti général à la lecture du titre. Je pense en particulier à une double page en contre-plongée en fin de volume, tout bonnement époustouflante, sublime et oppressante.

On regrettera peut-être que le titre n’explore pas d’avantage certaines questions qui étaient pourtant à sa portée, notamment en rapport avec l’identité réelle du personnage d’An. Cela s’explique surement par le fait que la série ait été prévue pour être courte: on a un fil directeur et on s’y tient, ce qui n’est peut-être pas plus mal, puisque certaines histoires ont tendance, parfois, à trop s’éparpiller…

ob_24cb45_capturee

L’édition de Kana est sobre mais propre. Traduction fluide et inspirée, noirs profonds, papier fin mais opaque… tout comme d’habitude, pas de mauvaise surprise de ce côté-ci non plus!
Ah si, peut-être un petit bémol, mais qui ne concerne pas ce volume en particulier. L’éditeur a fait le choix de modifier l’illustration de couverture du second tome, et j’imagine, dans la foulée, du troisième. Une démarche qui d’habitude ne me pose aucun soucis… sauf qu’ici, j’ai vraiment un soucis avec l’image sélectionnée! Quelque chose cloche, au niveau de la colorisation, des lèvres… on dirait presque que ce n’est pas la même dessinatrice! Bref, une illustration que je trouve assez brutes, et qui ne fait pas trop sens (à moins que l’idée ne soit de mettre en lumière l’évolution de l’état d’esprit d’An? C’est surement ça, mais les VO étaient tellement belles…).


En somme, Sangreal est une excellente découverte de cette fin d’année 2017. Ce premier convainc sur tous les tableaux, et développe une véritable atmosphère qui j’espère se retrouvera dans les prochains opus. Un titre qui convaincra sans mal les amateurs du genre (si vous aimez le Requiem du roi des roses…), et les curieux qui pourraient s’y laisser tenter…

17/20


Je parle du Requiem du roi des roses, mais je n’ai lu que le premier volume il y a très longtemps! Mais si ça ressemble bien au Richard III de Shakespeare, alors on est bien dans la même veine avec Sangreal!
C’est tout pour aujourd’hui! J’espère vous avoir donné envie de laisser sa chance au titre. Si vous l’avez lu, je serais curieux de savoir ce que vous en avez pensé, d’autant plus que je n’ai pas vu beaucoup d’échos sur la toile le concernant…
À très vite sur le blog (ou ailleurs…)!

Publicités

3 commentaires sur “DÉCOUVERTE MANGA #26 – SANGREAL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s