Et la suite ?·Manga·Non classé

ET LA SUITE ? #12 – TOKYO ALIEN BROS, PLEASE LOVE ME, FIRE PUNCH.

Bonjour à tous et à toutes, aujourd’hui, je reviens sur trois de mes dernières lectures, récemment parues ou à paraître et que je voulais partager avec vous!


  • Tokyo Alien Bros #2
Fiche Technique:

Auteur: Keigo Shinzô

Type: Seinen

Genre: Comédie/Science-Fiction/Tranche-de-vie

Éditeur VF: Le Lézard Noir

Nombre de tomes parus: 2 (3 fini au Japon)

Prix: 13€

Nos deux frères sont à deux doigts d’être découverts et vont devoir user de stratagèmes et de leurs pouvoirs paranormaux pour se dépatouiller des situations cocasses dans lesquelles ils se sont fourrés.

tokyo-alien-bros-2-lezard

Paru en mars dernier, le premier volume de Tokyo Alien Bros avait été un petit coup de cœur, et j’attendais vivement ce second opus que j’ai eu la surprise de recevoir bien avant sa sortie officielle, prévue pour début novembre! Comme quoi, commander directement par le shop du Lézard Noir, c’est bien cool (en plus on a des petits marque-pages et tout et tout)!

On replonge avec plaisir dans le quotidien de nos deux frères extraterrestres, qui s’intègrent petit à petit dans la société nippone. Là où, dans le premier volume, on les voyait d’avantage évoluer ensemble, le duo commence ici à se scinder: Natsutarô trouve un travail, Fuyunosuke entretient ses relations, notamment dans son club de badminton. L’écart se creuse entre les deux aliens que tout oppose, et une rivalité s’installe doucement…

J’ai tout particulièrement aimé le traitement des protagonistes dans ce volume. Confronté aux Hommes, à leur mode de vie, et à la complexité de leurs interactions, Natsutarô se sent perdu. Malgré tout, et en douceur, il commence à fréquenter un groupe d’enfants puis, plus tard, il se confronte aux étudiants du club de badminton de son frère, non sans peine. Intimidé et mal à l’aise face aux humains, il s’ouvre petit à petit à eux, et à la fin de ce volume, les comprend peut-être mieux que son frère, qui préfère imiter sans réfléchir, et pour qui faire semblant suffi à faire un peu, puisque  son assurance à toute épreuve fait passer ses étrangetés pour des traits de caractères ou des effets de mode! (Il s’en sort bien au final!)

Mais si l’auteur prend grand soin de développer ses personnages comme il faut, c’est bien l’humain et sa société qu’il place au centre de son œuvre. En usant du regard de l’étranger, utilisé depuis des siècles par Montesquieu et d’autres, il dresse par le biais d’un œil naïf, usé à d’autres coutumes, le portrait nuancé et difficile du fonctionnement social humain, de ses petits détails superficiels à de vraies questions de fond sur l’existence et la dépendance à autrui – par exemple.
Dans Tokyo Alien Bros, cela est souvent tourné à la rigolade, mais reste que de cet humour dégage parfois de belles pensées, et invite à la reflexion d’une bien jolie manière!

Ainsi, ce second volume de Tokyo Alien Bros convainc autant, sinon plus que le précédent. Au travers de moments forts et d’instants de vie touchants, Keigo Shinzô approfondit ses personnages et étaye son propos avec brio. On attend avec impatience le dernier volet, pour printemps 2018, j’imagine…

17/20


  • Please Love Me ! #9
Fiche Technique:

Auteure: Aya Nakahara

Type: Josei

Genre: Comédie/Romance/Tranche-de-vie

Éditeur VF: Delcourt/Tonkam

Nombre de tomes parus: 9 (10 fini au Japon)

Prix: 6,99€

Michiko Shibata (30 ans) est très prise par son travail et, un soir qu’elle rentre tard de ses heures supplémentaires, elle se fait suivre par un détraqué ! C’est la panique ! Résultat des courses, elle se retrouve à dormir à nouveau à l’Himawari avec Kurosawa !
Ce soir-là, alors qu’elle n’arrive pas à trouver le sommeil, Kurosawa l’embrasse. Est-il sérieux ? Le cœur de Michiko bat à tout rompre !

please-love-me-9-delcourt

Je dédiais quelques lignes à la série ici.

J’ai déjà fait part bien des fois de tout l’amour que je porte à Please Love Me!, à son humour décapant et à ses personnages touchants! Mais à l’occasion de la sortie de l’avant dernier volume de la série, je me sentais d’attaque pour en dire du bien encore une fois!

En dépit de l’affection mutuelle qu’ils se portent, Michiko et Kurosawa ne savent toujours pas où ils en sont! Dans ce tome s’opère un réel rapprochement, motivé par l’entourage des deux protagonistes, qui comme le lecteur, aimerait bien un peu d’action dans ce couple qui se nie! Petit à petit, les amoureux se rapprochent et on leur souhaite une fin heureuse dans le prochain opus!

Encore une fois, ce neuvième volume de Please Love Me! est bourré d’un humour rafraîchissant qui me fait toujours autant rire! Les bouilles caricaturées des protagonistes et leur caractère bien trempé m’ont collé un sourire indélébile de la première à la dernière page! Cependant, ce volume met aussi l’accent sur l’émotion, et se dévoile à plusieurs reprises étonnement touchant! La mise en scène aérée et suggérée (les trames, notamment, ne sont pas trop envahissantes) d’Aya Nakahara y est pour beaucoup, sans doute!

Les anecdotes de l’auteure sont toujours aussi sympathiques et permettent d’en savoir un peu plus sur elle et son rapport à sa série! Ici, quelques pages sont dédiées à son ressenti quant à l’adaptation en drama de Please Love Me!, une adaptation dont j’ai entendu du bien, et sur laquelle je me pencherai un jour, peut-être, qui sait…

Please Love Me! amorce donc en douceur son dénouement, et offre une fois de plus un volume plein de bons sentiments, d’humour, et d’émotion! Je ne sais pas du tout si l’éditeur aura le courage de proposer la suite/spin-off de la série, Please Love Me! – Returns, mais je continue à espérer fébrilement que d’autres bribes de la carrière d’Aya Nakahara franchiront nos frontières.

(En attendant, je n’ai toujours pas lu Lovely Complex...)

15,5/20


  • Fire Punch #3
Fiche Technique:

Auteure: Tatsuki Fujimoto

Type: Seinen

Genre: Fantastique/Thriller

Éditeur VF: Kazé

Nombre de tomes parus: 3 (7 en cours au Japon)

Prix: 7,99€

Fidèle aux instructions de Togata, Agni se dirige vers Behemdolg où il espère enfin retrouver et abattre Doma. En fait, la réalisatrice l’a entraîné dans un piège savamment orchestré : un groupe de puissants élus de la pire espèce se tient prêt à l’affronter. Mais dans les sous-sols de la ville, ce dernier bouleverse le scénario de la réalisatrice désaxée !

fire-punch-3-kaze-2

Ma chronique du tome 1.
Ma chronique du tome 2.

J’avais trouvé le premier volume bancal -à sa première lecture-, le second incroyable. En ouvrant ce troisième volume de Fire Punch, j’étais donc en attente. En attente d’une confirmation que la série était bel et bien la perle que laissait entrevoir le second volume, qui avait placé la barre haut, très haut… et au final? Ce volume répond à toute mes attentes, et se montre autant sinon plus impressionnant encore que le précédent.

Agni, submergé par l’ouragan Togata, se réaffirme en force dans ce tome 3. Il prend enfin la densité requise pour être au niveau du manga dont il est le protagoniste. Ici, la figure du héros est mise à mal, dans ses objectifs, ses motivations et ses valeurs. On ne peut pas pour autant parler d’un anti-héros, juste d’une coquille ville, une loque qui se traine et qu’un monde désespéré érige en figure divine de révolte. Pourtant, en tant qu’Homme, Agni n’est plus grand chose…

Puisque le héros reprend sa place, les autres personnages s’éclipsent un peu. Togata notamment, qui brillait dans l’opus précédent, est totalement laissée de côté par les évènement, à son grand dam! Neneth, peut-être, existe un peu plus, dégagée de derrière sa caméra, mais reste qu’il est difficile de nous faire lâcher Agni des yeux…

Aussi, dans ce volume, des scènes de combats glaçantes, d’une puissance assez rare. Je ne crois pas avoir souvent retenu mon souffle comme ici, tant chaque case s’illumine d’un désespoir enragé.

Le tout est sublimé par une mise en scène toujours aussi irréprochable, et blindée d’idées incroyables. Le découpage séquencé accentue et fait écho à la mise-en-abîme, l’étend, la fait persister et recouvre d’une dimension nouvelle l’œuvre – rupture cassante de l’espace, des personnages, de la réalité: la fiction s’assume, le mouvement se découpe, comme un « anti-fluide », un contre-réel. Implacable.
Tatsuki Fujimoto, lui, excelle toujours dans l’ambiance qu’il dégage, au travers de ses crayonnés figés, gelés, de sa fougue et de son sens du détail.

Difficile, maintenant, de voir où s’en va l’auteur, qui jusqu’alors prend le contrepied total de ce à quoi devrait s’attendre son lectorat. À la fin de ce volume, le héros est seul, n’a plus d’objectif, et n’aspire qu’à mourir. Ce qui est sûr, c’est qu’on le suivra jusqu’au bout, et qu’on se délectera de chaque bribe de la carrière du monsieur.

On referme le volume sur un dialogue hallucinant entre Judah et Agni, qui abouti à une scène presque onirique, qui une nouvelle fois, comme la conclusion du volume 2,  bascule tout à fait la teneur de l’univers.

En somme, Fire Punch émerveille une fois de plus, et laisse béat. Difficile de reprocher sans mauvaise fois quoi que ce soit à un tome d’un tel niveau. Tout à fait un des plus grands mangas de l’année, et peut-être celui qui surprend le mieux. Du génie.

heart-146466_960_720 19/20


Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui! Je vous retrouve la semaine prochaine pour de nouvelles chroniques!
À très vite sur le blog (ou ailleurs…)!

Publicités

4 commentaires sur “ET LA SUITE ? #12 – TOKYO ALIEN BROS, PLEASE LOVE ME, FIRE PUNCH.

      1. Grosse erreur, à laquelle il faut vite remédier! Prend celui qui te tente le plus et lance toi, il n’ont aucun mauvais livre! Peut-être que La Cantine de minuit te plairait bien… J’en ai fait un article, au tout début de mon blog, si tu veux aller y jeter un oeil… 😉

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s